Alain Olio (formateur) : « Je ne veux pas faire comme tout le monde »

Alain Olio débarque prochainement au FC Manic de Montréal, académie basée à Dorval, en tant que directeur technique. Formateur dans l’âme, cet ancien joueur professionnel bénéficie d’un bagage bien nourri avec des expériences notamment dans le staff d’équipes de Ligue 1 et dans le centre de formation de l’Olympique lyonnais où il a notamment côtoyé Karim Benzema et Hatem Ben Arfa. À 63 ans, il nous livre ses principes de formation.

La pandémie ralentit les projets, mais la détermination est toujours bien présente. Alain Olio est aujourd’hui au Maroc et attend le feu vert des autorités pour venir au Québec afin d’entrer en poste au FC Manic : « J’ai été mis en contact l’année dernière avec Gary Gaul, le propriétaire de l’académie. Je recherchais un projet qui me ressemble, basé sur l’éducation, explique-t-il. On confond souvent entraîneur, qui est basé sur la performance, et éducateur, qui se consacre à la formation. Certains exercices ne sont pas compatibles avec l’âge des joueurs, on complique les choses. Aujourd’hui, je ne veux pas faire comme tout le monde. »

Pour le technicien, cela commence dès les premiers pas sur le terrain jusqu’à la préformation : « Les enfants viennent au soccer pour retrouver les copains et l’éducateur. Il faut leur faire découvrir le soccer et les passionner. Cela passe par des jeux. Rester ludique permet aussi à l’enfant d’apprendre. Je ne veux pas entendre parler d’analytique, juste de plaisir. Combien de fois j’ai vu de jeunes enfants rester sur le banc de touche en raison de leurs performances? On se concentre trop sur le résultat du moment. Un développement se déroule sur plusieurs années. »

Ensuite vient l’étape de la préformation vers 14 ans. Les choses plus sérieuses commencent : « À ce moment, on commence à parler de gammes, d’analytique et de tactique, assure le technicien. J’ai constaté à plusieurs reprises des U19 usés par six voire sept années de formation. Désormais, on commence cette étape plus tard, mais au moins les joueurs ne seront pas lassés quand ils sortiront de l’académie. » Le niveau monte crescendo tout autant que l’exigence en U16 : « Le technico-tactique y est enseigné, tout autant que les situations de jeu. La post-formation arrive en U19 où on peaufine et enseigne tous les systèmes tactiques. Le joueur doit savoir s’adapter à tous les contextes. »

Enfin, Alain Olio a déterminé ses principes de jeu. Au programme : du jeu vers l’avant. « La technique est indissociable de la performance. Le football est un jeu simple : il faut marquer un but de plus que l’adversaire. Il faut essayer d’aller marquer. Laissons aux joueurs la possibilité d’exprimer leur créativité! L’Ajax Amsterdam en est un parfait exemple. Je préfère gagner 5-4 que 1-0. »

Crédit Photo : Olympique lyonnais

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Tour d’Europe du 1er mars : Opération policière au Camp Nou !
David Sauvry (Celtix) : « On ne se fixera pas de limite »
Haïti futsal : « Pour nous, c’est plus que du sport! »