Alexandre Da Rocha (UQAM féminin) : « On a le meilleur staff du championnat »

Les joueuses de l’UQAM jouent leur place en finale du championnat universitaire provincial ce soir au stade Saputo. Les protégées d’Alexandre Da Rocha ont terminé championnes de la saison régulière devant Laval et les Carabins, tout en ne concédant que cinq buts. Le coach nous explique les raisons de ce bouleversement de hiérarchie.

Alexandre, vous attendiez-vous à réussir une saison aussi pleine en terminant champion  avec une seule défaite?

On voyait au fil des saison que nous étions de plus en plus compétitifs. L’équipe montrait un beau visage, réalisait de belles performances mais les résultats ne suivaient pas. L’ambition raisonnable était le podium. On a réalisé un gros recrutement cette année en axant sur la mentalité et la performance. Le groupe s’est vraiment focalisé sur le soccer. J’entends dire que les Haïtiennes y sont pour beaucoup. Seulement, trois ont joué six matchs et une autre en a joué trois. C’est même pas la moitié du championnat et c’est assez peu pour influencer autant une équipe.

Quels sont alors les apports qui ont pu faire une différence aussi nette?

Nous avons une défense très efficace. L’arrivée de Mélissa Roy est importante. Elle a amené beaucoup de sérénité à notre ligne arrière qui n’a pas été modifiée par rapport à la saison dernière. Elle est aussi dangereuse de la tête lorsqu’elle monte sur coups de pied arrêtés. D’autres joueuses se sont aussi révélées importantes comme Karima Lemire et Marie-Pier Gougeon au milieu de terrain. Offensivement, nous avons assisté à l’éclosion de Marianne Blain qui est devenue une pièce-maîtresse. Julia Liguori est toujours efficace. Enfin, Léa Palacio-Tellier a connu neuf jeux blancs cette saison, c’est un record à l’UQAM.

Comment a fonctionné le groupe?

On a commencé la préparation rapidement et le fait d’être vite apte physiquement a été un avantage. Les recrues ont eu un bel état d’esprit et les victoires ont amené une belle dynamique. Cette fois, nous remportions les matchs serrés, ce qui n’était pas le cas auparavant. On n’a jamais regardé trop loin, on s’est toujours concentré sur le prochain match. C’est la preuve d’une certaine maturité. Le travail régulier et les résultats ont ainsi amené une certaine confiance.

Plusieurs joueuses ne viennent que de commencer leur cycle universitaire. Pensez-vous à une hégémonie de l’UQAM au niveau provincial ces prochaines saisons?

C’est sûr que nous aimerions que cela se poursuive. C’est le résultat d’un gros travail. Selon moi, j’ai la chance de travailler avec le meilleur staff du championnat. L’équipe technique démontre une grosse implication quotidienne. Nous sommes toujours 6 ou 7 pour encadrer l’entraînement. Andrea Di Pietrantonio apporte beaucoup d’expérience et Alexandra Brunelle est devenue une très bonne analyste vidéo. Le travail physique d’Adel Bendjedou a aussi payé. On a gagné du respect grâce à nos performances. Depuis quatre ans, nos adversaires n’imaginent pas une promenade de santé en nous affrontant.

Demi-finales féminines

UQAM – MCGILL, aujourd’hui 18h30, stade Saputo
Carabins – Rouge et Or, aujourd’hui 13h, CEPSUM

Demi-finales masculines

UQTR – CONCORDIA, aujourd’hui, 13h, stade Gilles-Doucet
CARABINS – ROUGE ET OR, aujourd’hui, 15h30, CEPSUM

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Boucherville avance en AAA avec de l’ambition
Samir Ghrib : « Beauport a toujours été performant chez les féminines »
Forfait des Chevaliers de NDMC : le Celtix donne sa version des faits