Calendriers de soccer universitaire/collégial – civil, quelles solutions?

Chaque année, les mêmes problèmes au sein de l’élite québécoise. Les calendriers se chevauchent, les joueurs ne peuvent suivre la cadence des rencontres, les équipes sont affaiblies et les différents championnats faussés. Comment résoudre le problème soccer universitaire – collégial et civil? Certains entraîneurs ont leur solution.

Alexandre Da Rocha (DG du club de Varennes et entraîneur des Citadins de l’UQAM) : « Ma solution est radicale mais nécessaire : tout joueur qui signe une licence universitaire ne pourrait pas rejouer au civil jusqu’à la fin de ses études. Cela évitera certains problèmes. Ensuite, l’idéal serait de prolonger la saison universitaire jusqu’en avril, quitte à commencer le championnat trois semaines plus tard en septembre. C’est la meilleure solution à mon avis même si je sais que cela reste difficilement harmonisable avec les autres championnats universitaires canadiens. De plus, le rythme de deux rencontres en trois jours imposé par la RSEQ est aberrant. »

David Guicherd (entraîneur des Verts de Sherbrooke féminin en LSEQ et des Verts de Sherbrooke masculin universitaire) : « On pourrait relier l’Universitaire à la Fédération du Québec. De ce fait, nous aurons une place à part entière dans le calendrier. Un seul organisme gère les compétitions et ce serait déjà bien plus simple. »

Fabien Cottin (entraîneur des Rapides de Chaudière-Ouest en LSEQ) : « On pourrait réduire le nombre d’équipes inscrites en LSEQ. Avec dix équipes maximum au lieu de quatorze actuellement, le championnat sera plus intéressant avec un très bon niveau. Le calendrier sera aussi allégé et on pourrait finir avant le début de l’Universitaire. »

Samir Ghrib (entraineur du Rouge et Or de Laval masculin et entraîneur-chef du Royal Beauport) : « Il faudrait que la LSEQ termine fin août. On a dilué le niveau de ce championnat avec la création de la PLSQ ajoutée à l’intégration de quatorze équipes. Certaines n’ont pas du tout le niveau. Autant faire un championnat LSEQ avec dix équipes sérieuses. »

Emmanuel Macagno (entraîneur de Blainville, PLSQ) : « L’idéal selon moi est que l’Universitaire commence en novembre. Les équipes peuvent jouer l’hiver en entier et terminer en avril. J’enverrais volontiers mes joueurs dans ce championnat avant de les récupérer en mai. »

Autres articles intéressant

Les transferts PLSQ maculine 2019
John Bellini (FC Lanaudière) : « Une identité lanaudoise en PLSQ »
As Leones (futsal) : Les coulisses d’un « projet de quartier »