Collégial national : Les Indiens d’Ahuntsic remportent l’Argent

Le collège d’Ahuntsic s’est incliné en finale du Championnat national collégial samedi contre Humber Hawks (0-1). Les Indiens obtiennent la médaille d’argent, le meilleur résultat d’une formation québécoise depuis près de dix ans.

Il faut remonter à 2009 et une finale perdue de Garneau pour trouver trace d’une équipe québécoise à ce niveau de la compétition en masculin. Bien sûr, François Bourgeais, l’entraîneur des Indiens, est déçu d’avoir rendu les armes à deux doigts du titre de champion national collégial pour un but encaissé juste avant la pause contre les Ontariens d’Humber : « C’était un match difficile comme on pouvait s’y attendre. On a affronté une équipe mature qui a tout fait pour gagner du temps après son ouverture du score, tout en profitant d’un arbitrage clément. Le match fut constamment haché, c’est assez frustrant. On ne pouvait pas enchaîner, mettre du rythme. Cela dit, nous n’arrivions pas à nous créer des opportunités car nous manquions aussi de dynamisme suite à la répétition des rencontres. »

La jeune équipe montréalaise a échoué au pied du trophée mais le coach d’Ahuntsic retire énormément de positif de ce bref séjour terminé dimanche : « Les garçons ont vécu une énorme expérience en terne de vie de groupe pendant la semaine à l’Île-du-Prince-Edouard. Ils ont aussi appris en terme de niveau de jeu face à des adultes et désormais, il faut que cela serve. » Technicien de l’équipe semi-professionnelle de St-Hubert, François Bourgeais prépare une partie de son groupe aux joutes de la PLSQ tandis que le reste de l’effectif, encore trop jeune, devra encore attendre plusieurs mois : « Il faut garder toute cette expérience en nous pour ne pas retomber dans le panneau plus tard. »

La rédaction de www.justesoccer.com

 

Autres articles intéressant

Racisme : L’encadrement de Milanello puni pour l’hiver
Racisme : Panellinios U15 porte plainte contre le représentant de Terre-Neuve au Championnat canadien
Andy Kontogiannis (Panellinios) : « En tant que président c’est impardonnable, mais… »