Dépenser plus de 1 000 dollars pour jouer en AAA, est-ce bien raisonnable?

Pour jouer en AAA, les équipes doivent faire face à des dépenses importantes entre les inscriptions, les trajets et les hôtels. À tel point qu’une saison peut représenter jusqu’à 1200 dollars par joueur. N’y a-t-il pas de solution?

Le récent forfait des équipes masculines de Rimouski et Chaudière-Ouest montrent que le mal peut frapper n’importe quel club. Drummondville a aussi refusé d’être rescapé de dernière minute. La saison dernière, ce sont les filles du Mistral de Sherbrooke qui ont cancellé leur participation juste avant le début du championnat AAA. Les causes de ce phénomème? Un manque de joueurs. Le AAA exigerait trop de temps les fins de semaine et surtout trop d’argent! « L’aspect financier devient un critère important, regrette Khalid Bentaib, entraîneur de Salaberry, équipe du quartier populaire de Cartierville sur l’Île-de-Montréal. Rien que l’inscription coûtait 784 dollars la saison dernière. En ajoutant six voyages à Québec et deux autres à Rimouski, ce qui représente au minimum 60 dollars à chaque fois, la facture est montée jusqu’à 1 200 dollars au total! » Finaliste des séries la saison dernière, Salaberry dispute sa sixième saison en AAA : « Je suis limité dans mon recrutement, poursuit le coach. Je suis confronté à un dilemme. Je dois performer avec des joueurs qui peuvent payer. Vous ne pouvez pas savoir combien de joueurs talentueux nous ratons à cause de cela. »

Mewoanou Amegavie, entraîneur d’Underdogs en PLFQ, critique cet état de fait : « Le soccer est un sport populaire à la base. Je pense qu’il faut investir dans plus de dômes. Plus on aura de dômes, plus de gens joueront et l’argent rentrera. » Alexandre Da Rocha, ancien directeur technique de Varennes, explique sa manière de procéder lorsqu’il était en fonction : « On essayait de proposer les prix les moins chers possibles. Le conseil d’administration défend souvent le soccer récréatif et A. Le soccer compétitif est un marché très difficile avec une structure administrative très lourde. Dans ces conditions, on essaie de contenter tout le monde. Lorsqu’un jeune est bon, on veut le surclasser afin qu’il garde son niveau. Mais il arrive souvent que son entraîneur préfère le garder dans sa catégorie d’origine pour gagner des matchs et, indirectement, il freine son développement. Cela explique en partie pourquoi les équipes nationales ne sont pas aussi bonnes. »

Nathalie Wagner est membre du conseil d’administration de la Fédération du Québec. Consciente du problème, elle explique la situation : « Dans certains pays, ceux qui s’amusent paient pour ceux qui veulent se développer davantage. La philosophie est différente au Canada. Il faut payer pour se développer et beaucoup semblent à l’aise avec cela. Le CNHP est payant par exemple. Croyez bien que si nous avions plus de moyens, on aiderait davantage les clubs. » Le problème du financement du AAA n’est pas nouveau et la solution « miracle » n’existe pas encore : « Nous sommes bien conscients que jouer à ce niveau coûte cher, poursuit la bénévole. J’ai déjà vu des parents se mettre en difficulté financièrement pour payer la saison de leur enfant. Mais personne ne nous demande pourquoi c’est cher. On offre ce que l’on possède : on forme des membres de staff, des arbitres… On créé des emplois! Il existe une cascade de spécialistes autour du joueur. Tout cela, on doit bien le charger. Au Québec, nous sommes dans une logique d’utilisateur/payeur. Ensuite, il faut forcément voyager pour affronter les meilleurs. Il n’y a pas de secret. » Certains joueurs arrivent quand même à sortir du lot : « On est bien fier de nos élites quand ces jeunes y arrivent, conclut Mathalie Wagner. Quand un joueur réussit, c’est toute une pyramide de bénévoles qui réussit aussi. Le problème est que le soccer est encore trop considéré comme un amusement par plusieurs pratiquants et non comme un sport, au même titre que le hockey. »

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

« Un moment, le joueur doit faire un choix »
Beauport est le nouveau champion provincial masculin!
Les U21 des Etoiles de l’Est champions : les fruits d’une philosophie