Face à la baisse du nombre de licenciés, Soccer Outaouais a décidé un plan d’actions !

Avec moins de dix mille licenciés en 2017, Soccer Outaouais enregistre une baisse constante de fréquentation depuis trois ans. Le directeur général Richard Gravel et l’ensemble des acteurs de la région ont décidé d’inverser cette tendance.

Le constat est sans équivoque. Les joueurs de l’Outaouais s’inscrivent de moins en moins dans les clubs de leur secteur : « Nous comptions 11 000 licenciés en 2014, se souvient Richard Gravel, le DG. Aujourd’hui, nous sommes moins de dix mille. J’ai donc provoqué une réunion en mars dernier avec l’ensemble des clubs . Nous avons identifié plusieurs problèmes auxquels nous avons trouvé des solutions mises en place actuellement. De plus, nous avons proposé un sondage aux 3 200 personnes qui ont arrêté le soccer ces deux dernières années pour connaître les raisons. » Plusieurs conclusions sont ressorties de ces échanges :

La distance : « Les jeunes de 10 à 14 ans en ont assez de parcourir des kilomètres pour jouer au soccer. Se mobiliser une journée pour aller jouer à Montréal est lassant au bout de trois ans. Alors nous perdons ces jeunes. On essaie de trouver des solutions. Nous avons donc lancé cet hiver une ligue à Ottawa avec l’aide des fédérations du Québec et de l’Ontario. Une décision vraiment pratique pour les jeunes de Gatineau et des environs. »

Les entraîneurs : « Une incompréhension est ressortie concernant les objectifs entre entraîneur et joueurs. Les coachs veulent des résultats et les jeunes de 10-12 ans du plaisir quand ils évoluent en local. Nous avons constaté aussi une forte baisse des adhésions chez les 4-8 ans. Les pratiques sont trop théoriques et on insistait trop sur la technique. La qualité des entraînements laissaient aussi à désirer due à la qualification de certains coachs. Les gens sont prêts à payer plus cher pour un meilleur service. Le premier entraîneur est très important pour un enfant. Cela a été clairement identifié. Cette conclusion est primordiale pour nous car les 4-8 ans représentent 37% de nos licenciés. »

L’administratif : « Une chute du nombre de licenciés seniors a aussi été constatée. Il est ressorti que la lourdeur administrative de nos ligues poussent beaucoup de joueurs à s’engager dans des championnats non-affiliés. Nous simplifions donc nos modes de fonctionnement. »

La communication : « On s’est rendu compte que plusieurs clubs n’avaient pas la même idée du développement du soccer dans la région. On a décidé de se réunir avec tout le monde pour harmoniser nos actions. »

Richard Gravel espère ainsi obtenir des résultats dès 2018 : « On veut enrayer cette chute. Avec ces projets en place, on espère obtenir même plus de rétention dans les mois à venir. »

La rédaction de www.justesoccer.com

 

Autres articles intéressant

PLSQ : Mont-Royal Outremont continue de chasser Blainville, Fabrose corrige le FC Lanaudière
Les 10 grands « gagnants » de la Coupe du Monde 2018
AAA : Boucherville se déplace à neuf aujourd’hui à Charlesbourg