Force FC, une fusion « logique » entre Pierrefonds et Dollard-des-Ormeaux

Pierrefonds et Dollard-des-Ormeaux ont décidé d’officialiser leur fusion vendredi dernier. Grâce au Force FC, les deux entités souhaitent obtenir la licence nationale du programme de reconnaissance des clubs. Oscar Tellechea, président du SC Pierrefonds depuis 2015 et présent au club depuis plus de 20 ans, a accepté de répondre à nos questions.

Monsieur Tellechea, pourquoi avoir scellé cette union entre les deux clubs?

C’est une fusion logique. D’abord car Pierrefonds et Dollard-des-Ormeaux travaillent ensemble depuis des années! Lorsqu’il y a eu des inondations à Pierrefonds, nos équipes se sont entraînées sur les terrains de DDO. Cette solidarité existe aussi dans le hockey ou la natation. Nous avons franchi le pas lors de l’annonce du programme de reconnaissance des clubs de Soccer Canada. Nous allons aussi avoir des moyens plus étoffés. On avait demandé au club de l’Île-Bizard de se joindre à nous mais les dirigeants ont préféré continuer seuls, et nous respectons cette décision. L’autre raison est géographique. Pierrefonds est situé sur le bord de l’eau alors que DDO est plus proche de l’autoroute. Si bien que des joueurs de Pierrefonds Ouest s’inscrivent à DDO car l’accès est plus pratique. Et nous voulons proposer cela avec des terrains situés à l’Est, au centre et à l’Ouest pour contenter tout le monde.

Quelle contribution va apporter chaque club à cette fusion?

Pierrefonds est compétitif alors que Dollard-des-Ormeaux se veut être davantage récréatif. Les deux clubs ont des profils différents et se complètent très bien. On veut assurer un meilleur accès au récréatif avec des programmes de formation et de compétition de qualité. On vise clairement la licence nationale de Soccer Canada. Nous avons déjà les installations avec six terrains synthétiques. Notre principal souci est d’ordre financier. Nous sommes deux structures communautaires donc forcément, notre santé financière ne permet pas de gravir les échelons très rapidement. Mais nous avons un beau staff technique et de bonnes installations. Nos joueurs sont choyés.

Quelle sera la mission du Force FC?

Nous voulons grandir tout en favorisant une offre de service au plus grand nombre. On connait bien notre rôle qui est de former des athlètes pour les envoyer au plus haut niveau, comme l’universitaire. On est fier, par exemple, d’avoir perdu 5 joueurs U17 récemment tous partis aux Etats-Unis. Certains clubs travaillent pour gagner des championnats, nous voulons favoriser le développement des jeunes. D’ailleurs, nous avons déjà des partenariats avec plusieurs universités ou des pre-schools américaines. Nous avons pour vocation de donner la chance aux joueurs locaux de décrocher des bourses.

L’obtention de la licence nationale oblige les clubs à aligner des équipes au plus haut niveau. Pensez-vous à la PLSQ?

Nous sommes candidats pour intégrer la PLSQ féminine la saison prochaine. On espère être retenu. Pour les garçons, peut-être l’année suivante…

Pourquoi avoir choisi le nom « Force FC »?

On voulait d’abord un terme prononçable en français et en anglais, puisque les deux langues se parlent couramment sur notre territoire. Ensuite, on voulait un logo pensé. Lorsqu’on a proposé aux jeunes du club, tous ont embarqué et notre symbole est le résultat de 300 heures de délibération. La pyramide inversée montre que nous voulons nous destiner à la base, vers les jeunes.

Quelles sont les prochaines étapes?

Nous allons commencer à travailler ensemble en septembre et les joueurs porteront leurs nouvelles couleurs en 2020. Lors de la présentation de notre entente aux joueurs et parents vendredi dernier, on s’attendait à une certaine résistance. Mais nous avons été surpris par leurs réactions puisqu’ils nous ont confié qu’ils attendaient cette fusion depuis un moment déjà.  Même les maires des deux villes étaient là! Cela rajoute de l’excitation à la réalisation de notre projet!

Propos recueillis par www.justesoccer.com

 

Autres articles intéressant

Vincent Orsida à la tête du AAA de Boucherville!
Antoine Katako : direction Monteuil!
Edmond Foyé : « Je suis affectivement lié à l’ARS Québec »