Hugo Chambon à la conquête de l’Europe

Blessé de longue durée l’automne dernier, Hugo Chambon en a profité pour rejoindre l’Europe cet hiver afin de répondre à plusieurs sollicitations de clubs. L’ancien attaquant des Carabins a pour but de signer professionnel avant la reprise des championnats. Il nous raconte son aventure.

La Pologne – En janvier, Hugo Chambon pose ses valises dans le sud du pays : « Une équipe de division 1 était intéressée mais finalement cela ne s’est pas fait. Je me suis tournée donc vers une équipe de D2 qui avait aussi manifesté son intérêt. Lors des deux premiers matchs amicaux, je marque 4 buts. La presse locale parle de moi et le staff est enthousiaste. Mais à l’entraînement, je déchante. Je ne comprends rien aux consignes de l’entraîneur et les exercices nécessitent des explications.  De plus, le coin est industriel et peu emballant. Je ne me vois pas vivre ici. Trois jours plus tard, mon agent m’informe qu’une équipe de Série D italienne veut m’inviter à un essai. Mais un problème administratif interne m’empêche de signer un contrat donc la proposition tombe à l’eau. D’autres clubs polonais moins huppés se manifestent. L’un des entraîneurs fait l’effort de se faire comprendre et j’égalise lors de deux matchs amicaux. Comme je ne comprends pas la langue, c’est mon agent qui discute du salaire. On se donne dix jours pour réfléchir. »

La Suède – « En février, une équipe de D3 suédoise nous fait une proposition. Je décline donc l’offre polonaise et voyage une semaine là-bas. A l’entraînement, je découvre un terrain glacé. Ensuite, je regarde l’équipe jouer en amical et cela m’a un peu refroidi. Alors que je me préparais à un match et un entraînement, le club m’appelle la veille pour tout annuler en raison des conditions climatiques. Vu le manque de sérieux, je ne donne pas suite à leur proposition. C’est décevant car des recruteurs devaient venir me voir jouer. Je suis resté avec mon agent car une équipe de D4 est intéressée et elle possède des partenariats avec des clubs de D1 et D2. Mais leur offre est clairement insuffisante. Je retourne en Pologne où d’autres offres sont venues mais rien d’exceptionnel. »

La France – « Je rentre en France mi-mars,  d’autres opportunités me sont proposées. Mais on me conseille de rester libre et d’attendre mai-juin, en me promettant de meilleures offres. Je m’entraîne avec une équipe de CFA dans la banlieue de Lyon pour garder la forme. Je privilégie l’étranger car le statut professionnel est plus compliqué à obtenir en France que dans d’autres pays. »

L’Italie – « Début juin, je pars faire une détection en Italie et un directeur sportif d’un club d’élite maltaise me repère. Il me propose de venir faire un essai d’une semaine en juillet. Cela pourrait être intéressant car la D1 est professionnelle et diffusée à la télévision. Un club anglais est aussi intéressé. »

Bilan – « Ma motivation est intacte mais l’attente difficile à supporter. Ma plus grande crainte est d’avoir refusé des contrats. Ai-je fait le bon choix? J’espère toujours trouver quelque chose de mieux que les propositions reçues. Mon objectif est de signer professionnel et surtout de me montrer car à 21 ans, je suis encore jeune mais le temps passe. C’est compliqué d’intéresser les clubs quand ta dernière saison est au Canada. Mais le fait d’avoir joué au plus haut niveau en jeunes en France m’a aidé. Je pense aussi à un retour aux Carabins afin d’intégrer la Première Ligue Canadienne. La reprise des entraînements arrive et je devrai faire d’autres choix. »

Crédit Photo : James Hajjar

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Collégial national : Les Indiens d’Ahuntsic remportent l’Argent
Racisme : L’encadrement de Milanello puni pour l’hiver
Racisme : Panellinios U15 porte plainte contre le représentant de Terre-Neuve au Championnat canadien