James Louis-Jeune : « L’UQAM a été une très bonne option »

Après cinq ans au sein du système de jeu des Citadins, James Louis-Jeune quitte le réseau universitaire. À 26 ans, le milieu de l’UQAM a vécu une dernière finale provinciale perdu contre les Carabins en mars mais garde beaucoup de bons souvenirs.

James, vous avez fait partie de l’Académie de l’Impact avant l’UQAM. Était-ce une bonne expérience?

Je jouais avec la sélection U18 de Bourassa lorsque j’ai été contacté en 2008. L’équipe s’appelait l’Attack de Trois-Rivières. J’ai ainsi pu fréquenter le Centre de Haut-Niveau pendant près d’un an. À travers cette expérience de deux saisons, j’ai découvert le professionnalisme. On prenait des cours avec des nutritionnistes, on jouait au stade Saputo… Nous étions la première cuvée de l’Académie de l’Impact. On était des cobayes mais on était vraiment bien traité. Maintenant, j’ai l’habitude de dire aux autres pensionnaires que ce qu’ils ont eu, c’est grâce à nous.

Pourquoi avoir poursuivi votre carrière à l’UQAM?

C’était ma dernière option. À l’époque, nous n’avions pas tant de visibilité pour espérer se faire recruter par des équipes de USL. Alors quand ça ne fonctionnait pas, on s’engageait avec les universités. Finalement, j’ai eu bien plus que je n’espérais en cinq ans avec l’UQAM. Au début, on se battait pour se qualifier pour les séries… et c’était compliqué. En cinq ans, on a remporté trois championnats provinciaux, disputé une finale et deux demi-finales du championnat canadien, j’ai figuré chaque année dans l’équipe étoiles du Québec, une fois dans l’équipe universitaire du Canada et j’ai été sacré meilleur joueur RSEQ. En conclusion, l’UQAM a été une très bonne option.

Quel est votre meilleur souvenir en universitaire?

Le premier titre! C’était l’accomplissement de trois ans de travail. Quand je suis arrivé en 2012, j’étais le seul jeune avec Simon-Pierre Côté-Kougnima. On s’était affronté toute notre vie et maintenant on jouait ensemble! Les autres joueurs avaient 23 ans.

Où allez-vous jouer à présent?

Je m’accorde une pause pour cet été, à moins que l’on me convoque pour les Universiades. J’ai joué en PLSQ avec Lanaudière en même temps que la saison universitaire, et c’est très demandant. Je m’y remettrai en septembre.

Propos recueillis par www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Kambiz Ebadi : « On travaille pour mettre les matchs de PLSQ en live pour la saison 2018 »
Les transferts PLSQ 2018
PLFQ : Les Vikings, une équipe pas si surprenante que cela