Le Mistral de Sherbrooke vise la Canadian Premier League !

Le Mistral de Sherbrooke a des ambitions pour ses jeunes générations. Après avoir visé la PLSQ pour 2019, l’entraîneur et directeur technique du club, Vincent Orsida, espère pouvoir entrer prochainement dans la Canadian Premier League qui démarrera l’année prochaine! Même s’il sait que remplir le cahier des charges sera une tâche très ardue… avec notamment un stade de 6 000 places minimum et un budget avoisinant les 10 millions de dollars. 

Vincent, pourquoi viser la Canadian Premier League?

Mon but principal est de développer le soccer dans mon club. On vise la PLSQ en 2019 pour notre jeune équipe AAA mais si on peut aller directement en Canadian Premier League, pourquoi s’en priver? On doit se poser la question de l’intérêt d’aller au plus haut. Sherbrooke est présent dans la Ligue de Hockey Junior Majeur, pourquoi pas en soccer? Avec nos 4 000 licenciés, nous avons autant de légitimité à ce niveau qu’avec Saskatoon ou Halifax.

Pensez-vous avoir une équipe pour rivaliser?

Notre équipe est composée de jeunes joueurs. Le but sera d’abord de découvrir. De plus, certains très bons joueurs qui ont quitté Sherbrooke souhaiteront revenir. Enfin, nous avons un vivier très intéressant avec énormément de joueurs prêts à être formés. Où sont les freins? Pour moi, tous les signaux sont au vert.

Le cahier des charges prévoit un stade de 6 000 places. Avez-vous une idée en tête?

Le stade Olympique compte 3 000 places assises. Pourrait-on rajouter des structures autour? C’est vrai que l’on veut toujours plus mais on est déjà bien fourni en terme d’infrastructures. La municipalité de Sherbrooke aime le sport et le réseau universitaire est bien outillé. Pourquoi pas le soccer civil? Les conseillers municipaux ont poussé pour la fusion des clubs de Sherbrooke pour donner naissance au Mistral. Les anciens joueurs et entraîneurs devraient être derrière ce projet. C’est une volonté politique qui nous permettrait d’y aller. On veut tous aller le plus haut possible! Même s’il est vrai que l’on aimerait avoir notre propre stade.

On avait ressenti de l’engouement l’été dernier lors de votre parcours au championnat canadien avec les U17 qui s’est terminé par une médaille d’argent. Pensez-vous pouvoir connaître une telle communion avec votre équipe?

Je suis convaincu que le soccer a fort à gagner à Sherbrooke. Une centaine de spectateurs vient voir les matchs de AAA à domicile. Peu d’équipes amatrices peuvent se vanter d’avoir un tel public. Avec de la communication, les partisans seront prêts à s’investir. Je sais que ce projet est difficile à réaliser, mais j’y crois dur comme fer!

Crédit photo : Yves Longpré

Propos recueillis par www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

L’aventure du soccer se poursuit pour Maxime Oliveri au pays des kiwis
Julian Labalec (FC Gatineau) : « Je ne suis pas un entraîneur, mais plutôt un éducateur »
Chaudière-Ouest : « Rassembler un maximum de compétences au service des joueurs »