Le Phénix AAA (masculin) veut avoir son mot à dire dans la course au Final Four

Souvent bien placé mais jamais invité au Final Four ces dernières saisons, le Phénix veut mettre un terme à cette habitude. Adrien Cervesato a pris en main l’équipe et livre ses impressions à l’aube de la saison 2020.

Le Phénix n’a pas été verni ces deux dernières saisons. L’équipe de Québec s’était trouvée à la lutte pour le Final Four dans un groupe compliqué avec le Celtix, les Etoiles de l’Est ainsi que Charlesbourg en 2018 et, l’année dernière, ce fut le Mistral de Sherbrooke qui marchait sur l’eau en saison régulière et la surprise Panellinios suivait. La formation de Rivières de Québec compte sur son ancien joueur Adrien Cervesato pour accrocher l’une des deux premières places de son groupe : « Notre objectif est d’aller au Championnat canadien, lance le technicien français, qui s’occupait du U21 AAA en 2019. Nous sommes ambitieux car nous voulons aller en PLSQ en court ou moyen terme. »

Même si personne ne s’est encore officiellement engagé, le jeune entraîneur de 25 ans a déjà prévu un programme de recrutement : « L’effectif se bâtira grâce à nos U21 AAA qui sont en cours de développement, les anciens joueurs dont plusieurs sont au club depuis trois saisons et enfin des joueurs expérimentés, dont certains pourraient provenir du Dynamo. » Néanmoins, Adrien Cervesato se doute bien que la course au Final Four reste compliqué : « On est un peu les outsiders mais on va jouer notre carte à fond. On veut aussi stopper l’hégémonie de Charlesbourg et Beauport dans la région de Québec. On y croit. La preuve : nous avons raté le Final Four en perdant des points contre des équipes moins bien classées. Le défi sera de rester performant dans le temps. »

Le regret du club pour la saison 2020 est l’abandon de son équipe U21 AAA pour des raisons financières : « Il reste des impayés auprès de la Fédération. Chaque joueur devait avancer 1200 dollars pour jouer. Le club a tout fait pour les aider mais on sait que c’est compliqué pour des garçons de 18-20 ans de payer des sommes pareilles pour jouer. Maintenant, on se retrouve avec des garçons plein de potentiel qui ne pourront pas évoluer au plus haut niveau. »

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

PLSQ : Longueuil mise sur Karima Lemire
Coronavirus : décès de Lorenzo Sanz, ancien président du Real Madrid
Coronavirus : La PLSQ dans l’attente