Le programme de reconnaissance des clubs de Canada Soccer : quelles conséquences au Québec?

Canada Soccer lance son programme de reconnaissance des 1 700 clubs répartis dans le pays. En classant les organisations en quatre catégories, l’Association souhaite aider les dirigeants à identifier les besoins pour les aider dans leur croissance et d’adapter leur offre de soccer en fonction de leurs ressources matérielles et de population. Qu’en pensent les acteurs du soccer québécois?

Catégorie 4 (structures de base)

Gouvernance de base (structure de base et conforme aux règles de Soccer Canada) + Administration de base (gestion de base et participants inscrits) + Infrastructure de base (un terrain + équipements) + Encadrement technique de base (sécuritaire, accessible, inclusive et développement possible à long terme).

Durnick Jean (Directeur Technique Régional de la Mauricie) : « Je ne pense pas que tout soit réalisable pour nous. Y a-t-il une possibilité de voir une équipe semi-professionnelle dans la région? Les clubs devront s’asseoir pour en discuter. Sinon, la réforme ne changera pas grand-chose pour les clubs de niveau 4 mais cela pourrait structurer davantage les choses pour les clubs qui veulent aller plus haut. Ici, nous avons peu d’argent et de ressources humaines, c’est difficile de donner du temps plein à davantage de personnel. »

Marie-Eve Ouellet (Directrice Générale de l’ARS Est-du-Québec) : « Je pense que c’est positif dans le sens que ça amènera certains clubs à se restructurer. Pour le côté compétitif, nous nous posons encore la question de la tournure que cela prendra. Nous nous sommes réunis récemment pour élaborer une refonte des compétitions afin d’offrir un meilleur accès au AA aux équipes qui ont le niveau. Une nouvelle proposition sera transmise en novembre. »

Catégorie 3 (services de compétition et loisir de qualité)

Critères de la catégorie 4 + Gouvernance (entité légale enregistrée, conforme à l’Agence du revenu du Canada, planification de base pour guider l’organisation) + Administration (financièrement viable + gestionnaire administratif identifié avec formation en vue, personnel suffisant pour effectuer les tâches, soutien financier pour les joueurs défavorisés) + Infrastructures (site internet mis à jour et actif, installations sportives de standard niveau 3) + Techniques (planification de base pour accompagner programmes et services, cheminement concret pour offrir aux joueurs des opportunités dans le local communautaire, compétitif et le développement ou performance, programme de développement à long terme du jouer, gestionnaire technique identifié et qualifié et personnel qualifié ou certifié pour les équipes et compétitions administrées).

Maxime Fournier (Directeur Technique du Fury de Rimouski) : « On envisage cela d’un bon oeil! Maintenant, pour qu’une équipe évolue dans son niveau, ce sera grâce à des critères précis d’organisation et technique. Une équipe (club) ne pourra plus être refusée pour des critères politiques (beaucoup d’équipes AA de L’Est du Québec et du Saguenay ne peuvent évoluer dans leur niveau car ils sont considérés  »trop loin »). Nous sommes un club organisé déjà et nous possédons une déjà une grande partie des critères demandés. Nous travaillerons fort pour être le plus haut possible et offrir le meilleur niveau pour nos jeunes joueurs du Fury. »

Pïerre Vereecke (Directeur Général de Chaudière-Ouest) : « C’est une très bonne chose. Ça va encore d’avantage accompagner les clubs dans la structure idéale versus la réalité de chacun. Je pense que Soccer Canada est réellement en train de poser des bases solides pour l’avenir de nos jeunes. Pour un club comme le nôtre, on voit ça d’un très bon oeil. Notre plan d’actions adopté l’an dernier risque d’évoluer pour se conformer aux exigences de Soccer Canada. »

Georges Tissot (Directeur Général de l’ARS Lac St-Louis) : « Je me félicite que l’Association de Soccer Canadienne tienne son rôle de leader avec un tel projet. Je me félicite aussi que ce projet soit bien accueilli par la Fédération du Québec et les clubs. Les réformes sont ambitieuses et nécessaires. Il faut se regrouper et se fédérer autour de celles-ci. C’est ensemble et soudés que l’on pourra atteindre nos objectifs. Des décisions courageuses seront à prendre. »

Nourredine El Guemri (Directeur Technique du club des Collines, Outaouais) : « On vise la catégorie 3. Pour le moment, ce projet n’a pas influencé notre plan d’actions même si on se dirige dans la même direction que Soccer Canada. Nous nous réunirons en septembre pour nous mettre au point concernant les détails. »

Catégorie 2 (réseau de compétition développement/performance)

Critères de la catégorie 3 + Gouvernance (engagement à un développement continu de la direction, planification à long terme visant des standards avancés mesurables et quantifiables) + Administration (très bonne santé financière, gestion saine des ressources humaines, plan de ressources pour le marketing et la communication) + Infrastructure (ressources appropriées pour l’accès aux infrastructures et au développement, espace physique reconnu comme quartier général, installations permettant de répondre aux programmes soutenus) + Technique (ressources disponibles pour les services et le personnel techniques, conforme au parcours du joueur provincial à national, planification conforme au plan stratégique avec des plans à court et long termes, plan annuel pour toute la programmation, philosophie de jeu et méthodologie d’entraînement compatibles avec les recommandations du Développement à long terme du joueur à travers tous les stades, forme les joueurs en fonction des profils et des postes définis par Canada Soccer, informe les parents sur les progrès et le cheminement du joueur, programmation avec standards avancés toute l’année, gestionnaire technique certifié avec standards niveau 2, personne-ressource en interne pouvant former le personnel technique, stratégie pour le soccer féminin telle que le recrutement, la rétention, le développement, l’évaluation et la reconnaissance des entraîneurs, offre de développement pour entraîneurs non-certifiés, plan de développement de la condition physique).

Louis-Frédérick Levasseur (entraîneur de Varennes-St-Amable) : « Pour parvenir au niveau 2, des clubs seraient susceptibles de fusionner. Lorsqu’on voit que nous avons quatre équipes U16 AAA dans la Rive-Sud, on voit que nos talents se diluent dans plusieurs clubs. »

John Bellini (Directeur Général de l’ARS Lanaudière) : « Ce projet va changer le soccer tel qu’on le connait aujourd’hui. On se dirige très certainement vers une amélioration des conditions au Québec même si beaucoup d’inconnus existent encore : plusieurs clubs parlent de fusion, les clubs prendront-ils la place de sport-études? Les clubs non-licenciés pourront-ils aller en AA? On se dirige vers une concentration des talents avec davantage de ressources pour les bons joueurs. »

Catégorie 1 (Licence Nationale jeune)

Critères de la catégorie 2 + Gouvernance (structures optimales ou développement, amélioration constante) + Administration (gestion rencontrant des standards avancés, ressources financières avancées) + Infrastructures (installations rencontrant les standards permettant d’offrir un programme de développement optimal) + Technique (modèle de jeu en lien avec une philosophie, approche de développement du joueur qui tient compte du développement physique, technique/tactique, mental et sociétal/émotionnel, programmation optimale avec standards niveau 1, évolue au plus haut niveau de compétition possible, gestionnaire technique certifié, plan de science du sport ou de médecine sportive aligné avec le plan technique, accès aux technologies appropriées pour soutenir le développement du joueur et de l’entraîneur).

Anthony Rimasson (Directeur Technique de Longueuil) : « Il faut mettre en exergue ce que l’on fait déjà en étant plus visible tout en gardant un fil conducteur. Nous allons nous appuyer sur les critères de Soccer Canada pour continuer notre développement. Pour le moment, nous nous estimons catégorie 2 mais nous visons la classe au-dessus. Il nous faut remplir encore certains critères. Peut-être le ferons-nous seuls ou suite à une fusion… »

Michel Couturier (Directeur Général du Mistral de Sherbrooke) : « Nous visons la licence 1 mais nous avons aussi une philosophie « loisirs » très prononcée au club. Nous sommes en train de développer le côté compétitif et de gros défis se présentent. Nous sommes encore en réflexion pour voir encore quels services peut-on encore apporter au secteur loisirs. »

Licence Nationale de Club (Réservée aux clubs professionnels évoluant en MLS)

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

L’aventure du soccer se poursuit pour Maxime Oliveri au pays des kiwis
Julian Labalec (FC Gatineau) : « Je ne suis pas un entraîneur, mais plutôt un éducateur »
Chaudière-Ouest : « Rassembler un maximum de compétences au service des joueurs »