Les Carabins savourent leur premier titre national masculin

Après les joueuses de Kevin McConnel en 2017, c’est au tour de la formation de Pat Raimondo de célébrer son titre universitaire national conquis dimanche en Colombie-britannique. Les Carabins remportent leur première titre national masculin après 18 ans d’existence.

Le cauchemar de la finale nationale perdue la saison dernière n’est pas oubliée mais les sourires des joueurs et du staff en disent long sur l’accomplissement que viennent de réaliser Pat Raimondo et ses protégés. Privé d’Hugo Chambon, non éligible, et d’Heikel Jarras, parti à l’université Laval, le coach de l’UdM possède encore une armada offensive de premier ordre autour de Frédéric Lajoie-Gravelle, Guy-Frank Essomé Penda ou encore Omar Kreim lui permettant d’inscrire 38 buts pour conquérir le titre provincial : « Oui, c’est vrai que nous avons du talent offensif mais ce n’est pas que cela, corrige le technicien. C’est la victoire du bon soccer. Quand il faut mettre le pied, se montrer plus agressif, nous avions les joueurs pour le faire comme Pierre Lamothe ou Aboubacar Sissoko. La défense a aussi été un de nos points forts et je ne comprends pas comment Felix Goulet n’a pas été élu meilleur gardien parmi les équipes étoiles du Québec. Il a connu beaucoup de blanchissages et il a même monté son niveau lors du championnat national. »

Parmi les satisfactions de la saison, Pierre Lamothe, 21 ans, a été élu meilleure recrue de la saison : « J’ai connu Pat Raimondo lors des Jeux de la Francophonie en 2017, explique le milieu de terrain de Longueuil, qui a entamé une formation en éducation physique. Mon acclimatation s’est très bien déroulée ici et j’étais satisfait de ma saison même si je ne m’attendais pas à être récompensé individuellement. » Omar Kreim, élu deux fois joueurs universitaire de l’année, vivait sa troisième saison avec les Carabins. L’ancien milieu de Salaberry est déterminé à rester en haut de l’affiche : « La défaite de l’année dernière a fait vraiment mal. Désormais, nous avons goûté à la victoire et nous ne pouvons plus être deuxièmes. » Pat Raimondo acquiese : « Au coup de sifflet final pour le titre, des milliers de pensées ont défilé dans ma tête. Je suis content pour les joueurs et le staff. Je sais combien d’heures de travail représente ce titre. On va tout faire pour défendre notre titre l’année prochaine, même si on perd Frédéric Lajoie-Gravelle, Zakaria Messoudi et peut-être Aboubacar Sissoko. »

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

L’aventure du soccer se poursuit pour Maxime Oliveri au pays des kiwis
Julian Labalec (FC Gatineau) : « Je ne suis pas un entraîneur, mais plutôt un éducateur »
Chaudière-Ouest : « Rassembler un maximum de compétences au service des joueurs »