Intégrer une université américaine grâce au soccer? Un rêve possible!

Freddy Moojen et Antonio Ribeiro sont deux joueurs de soccer professionnels. Ensemble, ils ont créé le combiné Ribeiro-Moojen en 2012. L’objectif est d’aider les jeunes Québécois à obtenir une bourse d’études afin d’intégrer une université américaine à travers un stage de détection. Rencontre.

Freddy, pourquoi avoir créé ce camp de repêchage?

Antonio et moi avons observé que beaucoup de Québécois n’ont pas la possibilité d’évoluer au très haut niveau après le CEGEP. La seule opportunité qui existe vraiment est le camp de l’Impact de Montréal. Nous proposons donc une alternative en invitant les entraîneurs d’universités américaines à superviser les nombreux talents qui existent au Québec.

Quel est l’avantage de rejoindre une université américaine par rapport à une québécoise?

Aux États-Unis, les universités prennent l’ensemble des frais en charge : les études mais aussi le logement et la nourriture. De plus, si les notes ne sont pas assez bonnes, il reste une part d’aide sportive afin que le joueur puisse obtenir une bourse à 100%. Mais pour cela, il faut être très bon car les places sont limitées. Cette année, une fille de notre camp a obtenu une bourse de 200 000 dollars pour étudier dans une université du Massachussetts. Le soccer est un ascenseur social et peut aider à décrocher un diplôme de haute valeur. De plus, les clubs de MLS supervisent davantage les universités américaines. Si un joueur souhaite devenir professionnel, il aura plus de chances là-bas.

Quel profil de joueur ou joueuse recherchez-vous?

Il faut jouer en AAA voire AA avec beaucoup de potentiel. Nous acceptons les candidats âgés de 15 à 21 ans. Le but est de donner la chance à un maximum de jeunes car intégrer une université américaine dans le cadre du soccer peut changer une vie ! Mais attention, nous ne voulons pas vendre du rêve. Les chances d’être repérées par un entraîneur ne sont pas sures. Dans ce cas, il reste toujours une porte de sortie. Nous bénéficions d’un vaste réseau et des entraîneurs nous appellent toujours. On peut trouver une solution en fonction des besoins. Mais encore une fois, rien n’est sûr.

Le camp de repêchage est-il courtisé par les joueurs et entraîneurs?

Cette année, 80 joueurs y ont participé. La saison prochaine, nous en attendons une centaine! C’est un événement important dans une carrière et inviter des entraîneurs coûtent très chers. Nous avons reçu seize universités lors du dernier camp!

L’inscription se fait en ligne.

Pour tout renseignement complémentaire : Freddy Moojen (514) 885-2141 

Autres articles intéressant

Monteuil à l’assaut du Dynamo de Québec !
Longueuil – FC Lanaudière : duel entre amoureux du jeu
Sylver Castagnet (FC Gatineau) : « Nous ne doutons absolument pas »