Trois questions à… Amélie Bussières

Amélie Buissères a tout pour être heureuse. Tombée dans le soccer dans son enfance, elle en a fait désormais son métier. Adjointe au DG des Caravelles, elle s’épanouit pleinement dans sa mission. Rencontre.

Amélie, quand avez-vous commencé le soccer ?

Depuis toute petite ! Mon père a crée le club de Pont-Rouge et il m’a montré la rigueur d’une organisation. Je le voyais choisir la couleur des maillots, commander le matériel… Gérer la vie entière d’une association ! On faisait même du porte-à-porte pour faire vivre le club.

Vous êtes désormais adjointe à la direction générale des Caravelles. En quoi consiste votre mission ?

Je planifie certaines actions du club et surtout l’administratif. En ce moment, on prépare déjà les inscriptions d’hiver en plus des camps de jour actuellement. Il faut dire que nous accueillons 700 personnes en moyenne durant cette session et 1600 l’été. C’est beaucoup de job !

A 31 ans, jouez-vous encore ?

Non, hélas. J’ai joué au niveau AA mais j’ai dû arrêter. J’ai entraîné des équipes et maintenant je m’occupe de l’organisation de l’un des plus grands clubs du secteur. J’en suis très heureuse, c’est le principal!

Autres articles intéressant

Collégial national : Les Indiens d’Ahuntsic remportent l’Argent
Racisme : L’encadrement de Milanello puni pour l’hiver
Racisme : Panellinios U15 porte plainte contre le représentant de Terre-Neuve au Championnat canadien