Un nouvel outil pour aider les entraîneurs à former autrement

Grégory Hallé Petiot entraîne au Québec depuis quinze ans. Passionné de formation dans le soccer, ce Montréalais de 30 ans est parti au Brésil puis au Portugal afin de proposer aujourd’hui des outils à ses collègues permettant de pousser encore plus loin les objectifs de formation des jeunes Québécois.

Comme dans bon nombre de zones géographiques, le Québec est en manque d’entraîneurs qualifiés pour encadrer les joueurs dès le plus jeune âge. Bien souvent, le père d’un enfant se porte volontaire et manage l’équipe avec ses qualités et ses défauts. Dans d’autres cas, les coachs ne possèdent pas assez d’expérience pour amener leurs joueurs au niveau supérieur. Grégory Hallé Petiot s’est penché sur ce problème avec ses associés. Ensemble, ils ont créé « GameShaping », une entreprise proposant des séances d’entraînement et un e-book gratuit disponible ici.

Pour arriver à ses conclusions, Grégory Hallé Petiot a réalisé une sacrée aventure qui l’a mené d’abord au Brésil en 2011 : « Je suis allé à Belo Horizonte où j’ai pu rencontrer plusieurs personnes impliquées dans la formation et le monde professionnel du soccer. » Riche de ces rencontres, le jeune entraîneur y est retourné en 2013 : « J’ai voulu étudier les aspects tactiques, cognitifs et la prise de décision chez les jeunes. Pourquoi les Brésiliens sont aussi forts techniquement? Ce qui m’a le plus choqué sont les conditions de vie par rapport au Canada : là-bas, ils apprennent à se battre pour se faire une place dans le soccer. Il faut agir comme un requin. Il faut être performant constamment avec un grand sens de l’initiative. Sans oublier la grinta. »

Pour avancer dans son projet, l’entraîneur québécois s’inscrit en maîtrise psychopédagogique à l’université Laval : « La création du projet s’est faite à ce moment. J’ai approfondi mes connaissances dans le domaine de l’évolution de l’apprentissage des joueurs avec en particulier le processus de maturation. » Cette fois, direction le Portugal et l’Université de Porto en tant qu’étudiant/invité : « Ce pays est avant-gardiste en matière de formation dans le soccer, poursuit-il Les techniciens utilisent les sciences du sport pour les appliquer au soccer et ainsi améliorer les recherches dans des domaines comme la pédagogie du sport et la cognition (le processus de l’apprentissage, NDLR). J’ai aussi pu constater la réalité du Portugal. On voit le jeu autrement. Les adultes ne disent pas aux jeunes ce qu’il faut faire ou pas. Ils apprennent de leurs erreurs ou de leurs succès. »

Dans ses conclusions, l’entraîneur a ainsi pu déterminer quelques principes d’apprentissages envers les jeunes : « On parle de design de jeu avec des objectifs mentaux, physiques et techniques. Au Québec, la population migrante est importante dans le soccer. Tout le monde a des valeurs différentes et il faut se mettre d’accord sur des principes de jeu. Il faut former les coachs à cela. »

Pour plus de renseignements : gameshaping

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Loic Kwemi : « Montrer ce que je sais faire »
Les Carabins féminins championnes nationales!
Maxime Blouin, arbitre de l’année : « Je vais continuer à me dépasser »