Carlos Alberto : le capitaine d’une équipe de légende

Coupe du Monde 1970. Le Brésil possède un effectif impressionnant avec Pelé, Tostao, Gérson, Jairzinho et Rivellino. Cette équipe d’artistes est menée par le leader du groupe Carlos Alberto, surnommé « El Capitao ». Le défenseur, décédé d’un infarctus mardi, était le capitaine de la « meilleure équipe de tous les temps », selon plusieurs spécialistes.

L’échec de la Coupe du Monde 1966 est difficile à digérer pour le Brésil. Double tenants du titre, les Sud-Américains n’ont pas su passer le stade des poules en Angleterre face à des formations qui ont nettement durci leur jeu. Les équipes ont aussi évolué tactiquement et le favori ne fait plus la différence. Malmené et blessé, Pelé ne brille pas. Les Auriverde décident de réagir. Après cette catastrophe nationale, Mario Zagalo est nommé sélectionneur. Le technicien choisit alors Carlos Alberto comme capitaine. Dès lors, l’équipe effectue un tour du monde pendant deux ans pour affronter tous les styles de soccer, des plus techniques aux plus rugueux voire violents.

Lors de la Coupe du Monde 1970, le Brésil ne fait clairement pas partie des candidats au titre. D’ailleurs, les observateurs se demandent comment autant d’attaquants axiaux, aussi talentueux soient-ils, arriveront à s’entendre sur un terrain. Arrière droit, Carlos Alberto n’hésite pas à monter pour apporter le danger. Une sacrée évolution tactique à cette époque! Préparé physiquement et au point tactiquement, le Brésil renverse tout sur son passage! En phase de poules, l’Angleterre est battue (1-0), le Pérou (4-1) en quart et l’Uruguay (3-1), l’ennemi héréditaire, en demie, explosent. En finale, l’Italie connait le même sort (4-1). Le dernier but de cette rencontre, marqué par Carlos Alberto, entre dans la légende. L’action est conclue après neuf passes et plus de trente secondes de possession de balle! Le capitaine brésilien entre dans la légende grâce à un geste répété désormais par la plupart des vainqueurs : embrasser la Coupe du Monde avant de la lever.

Autres articles intéressant

Pourquoi Marcelo Bielsa est « el loco »?
Raymond Kopa est décédé
Matthias Sindelar, le joueur qui défia Hitler