Diego Maradona, le prodige argentin

El Pibe de Oro est considéré, avec Pelé, comme le meilleur joueur de tous les temps. Magicien sur le terrain, Maradona a changé le destin de l’équipe d’Argentine et du Napoli durant les années 80. Ses origines modestes font de lui l’icône du football sur une bonne partie de la planète.

Un jeune surdoué – Très jeune, Diego Maradona passionne déjà les foules. A 11 ans, il divertit le public en jonglant à la mi-temps des matchs professionnels. En 1976, alors qu’il n’a pas encore 16 ans, le jeune provincial de Buenos Aires effectue ses débuts en professionnels. « Dieguito » ne tarde pas à confirmer son potentiel. Argentinos Junior, habituel mal-classé, devient même l’un des ténors du championnat ! Forcément, le génial meneur de jeu tape dans l’œil du sélectionneur national Cesar Luis Menotti. Après quelques sélections, il n’est cependant pas retenu  pour la Coupe du Monde 1978, jugé trop jeune. Il rejoint le Boca Juniors en 1981 où il remporte son premier championnat.

Une Europe difficile – Impressionné par le talent du numéro 10 argentin, le FC Barcelone s’empresse de l’engager en 1982. Avant de rejoindre la Catalogne, l’Argentine est qualifiée pour le Mondial 1982 qui se joue… en Espagne ! Hélas, l’image du gamin de Lanus souffre d’un geste controversé : taclé virilement durant toute la compétition, Maradona se venge en frappant au ventre le Brésilien Batista. Expulsion et l’Argentine rapidement éliminée. Avec Barcelone, ce n’est guère mieux. Il déclenche une bagarre générale en finale de la Coupe du Roi 84 en se jetant sur Goikoetxea, qui lui avait cassé la cheville quelques mois auparavant. Le tout devant le Roi Juan Carlos. Le public est divisé : une partie des supporters reste sceptique face au talent du numéro 10. De plus, sa vie nocturne n’améliore pas sa réputation. Le divorce est inéluctable.  Durant l’été 1984, le modeste Napoli se manifeste et investit 12 millions de dollars pour s’attacher ses services. « El Pibe de oro » affiche une technique incroyable et, au bout de sa troisième saison, remporte enfin le Scudetto puis la Coupe d’Italie ! Le jeune Argentin devient une icône pour les supporters du club aux origines modestes ! Le rêve se poursuit avec le Napoli. « Diego » offre la Coupe UEFA  lors de la saison 1988-1989 puis un second Scudetto en 1990 !

Le rêve avant le crash –  A 12 ans, il avait promis à un journaliste qu’il remporterait la Coupe du Monde avec l’Argentine. C’est chose faite en 1986 à Mexico. « Diego » est au sommet du football mondial. Devenu un dieu vivant en Italie grâce à ses performances avec le Napoli, il échoue en finale de la Coupe du Monde 1990 contre la RFA. « Dieguito » est sur le déclin dès l’année 1991. Ses frasques hors du terrain commencent à agacer. Contrôlé positif à la cocaïne, il purge une suspension de 15 mois. En 1994, il est à nouveau contrôlé positif lors de la Coupe du Monde aux Etats-Unis. Après plusieurs retours, il ne retrouve plus son niveau et raccroche à 37 ans.

 

Palmarès : Argentine : Coupe du Monde (1986); Boca Juniors : Championnat argentin (1981); Barcelone : Coupe du Roi (1983), Coupe de la Ligue espagnole (1983), Supercoupe d’Espagne (1983); Naples : Championnat italien (1987, 1990), Coupe d’Italie (1987), Supercoupe d’Italie (1990), Coupe UEFA (1989).

Autres articles intéressant

PLSQ : Mont-Royal Outremont plonge Blainville dans le doute
PLSQ : Mont-Royal Outremont a-t-il les moyens de bousculer Blainville?
PLSQ : En dominant Saint-Hubert, le Dynamo remonte au classement !