Gerd Müller, le meilleur de l’attaque allemande

Gerd Müller représente ce qui se fait de mieux en terme d’attaquant au niveau mondial. Puissant et vif, il était souvent bien placé dans la surface et manquait rarement sa cible, même dans des situations improbables. Il est le meilleur buteur de l’histoire de la Bundesliga avec 365 buts et a trouvé les filets à 68 reprises en 62 sélections nationales. Il est surnommé d’ailleurs « Der bomber » (le bombardier) en raison de son efficacité et de son tour de cuisse (46 cm !)

Enfance – A 9 ans, Gerd Müller commence le soccer dans sa ville natale, Nordlingen. Très vite, il marque de nombreux buts et est sélectionné dans diverses équipes scolaires. Alors qu’il évolue avec les juniors du club en 1962-1963, il est repéré par le Bayern de Munich alors en deuxième division.

Le Bayern de Munich – Ses débuts sont compliqués. Son entraîneur le trouve trop petit et pas assez vif pour être attaquant. Il passera une partie de la saison sur le banc avant sa première apparition contre Fribourg. Le jeune attaquant se distingue sans attendre en inscrivant un doublé. Dès lors, Gerd Müller devient l’attaquant inamovible de l’équipe. L’année suivante, Sepp Maïer et Franz Beckenbauer rejoignent l’équipe et le club gagne son accession en Bundesliga.

Dès lors, le Bayer devient une machine à gagner et Gerd Müller fait partie des cadres de l’équipe qui remporte à plusieurs reprises le championnat, la Coupe d’Allemagne, la Coupe des Coupes et la Coupe des Clubs Champions. Entre 1967 et 1978, il termine à sept reprises meilleur buteur du championnat avec un record de 40 buts lors de la saison 1971-1972.

En équipe nationale – Dès la Coupe du Monde 1970, il inscrit dix buts, ce qui lui permet de devenir le premier Allemand à obtenir le Ballon d’Or. Gerd Müller est devenu un héros national dès l’Euro 1972 lorsqu’il inscrit un doublé contre la Belgique en demi-finale puis un autre en finale contre l’URSS (3-0). Il entre dans la légende après avoir marqué le but vainqueur de la Coupe du Monde 1974 face aux Pays-Bas (2-1).

Autres articles intéressant

Raymond Kopa est décédé
Matthias Sindelar, le joueur qui défia Hitler
Le jour où l’Olympique lyonnais a raté le transfert de Cristiano Ronaldo