Michel Platini, une légende française

Symbole du renouveau de l’équipe de France à la fin des années 70 et du beau jeu, Michel Platini est aussi le maître à jouer de la Juventus de Turin. Entre 1983 et 1985, il remporte même trois « Ballon d’Or ».

 

Enfance – Les débuts sont difficiles. Repéré par le FC Metz à 16 ans, il est contraint de décliner une proposition d’essai en raison d’une blessure. Un an plus tard, le médecin du club lorrain détecte une capacité respiratoire trop faible. Direction l’équipe réserve de Nancy en deuxième division, moins prestigieuse. Pourtant, c’est là qu’il se révèle. Il signe son premier contrat professionnel à 22 ans.

De Saint-Etienne à la Juve – Nancy retrouve l’élite et le phénomène Platini encense la France entière ! Un sens du but, de la passe et des coups de pieds arrêtés magiques lui permettent d’être repéré par Saint-Etienne, le plus grand club français de l’époque. Malgré des saisons brillantes en championnat, le club n’arrive pas à s’affirmer à l’échelon européen. Les plus grands clubs s’arrachent ce numéro 10 hors pair et finalement c’est la Juventus qui accueille ce fils d’immigré italien. De 1982 à 1987, Michel Platini est devenu l’idole des Bianconeri. Après des débuts difficiles en raison de blessures à répétition, il permet à « La Vielle Dame » de remporter deux Scudettos, une Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe, la Coupe d’Europe des Clubs Champions et la Coupe Intercontinentale. Les tifosis le surnomment « Le Roi Michel ».

Un héros tricolore – A peine Michel Platini convoqué en équipe de France, le public retrouve l’espérance. Dans les années 60 et 70, l’équipe tricolore n’a pas brillé. En 1977, le joueur de Saint-Etienne est appelé et surprend tout le monde en prenant le contrôle de l’équipe. La France se qualifie pour le mondial argentin de 1978 mais l’Italie et l’Argentine sont trop fortes en phase de poule. En 1982, l’équipe de France rayonne par son jeu, si bien que les Bleus sont surnommés « les Brésiliens d’Europe ».  En demi-finale, la France bute sur la RFA après avoir mené 3-1 en prolongations ! En 1986, même adversaire toujours en demi, les Français sont encore éliminés ! La consécration de « la génération Platini » arrive en 1984 avec la victoire de l’Euro en France.

 

Palmarès : Nancy : Coupe de France (1978) ; Saint-Etienne : Championnat de France (1981), Juventus de Turin : Scudetto (1984, 1986), Coupe des Coupes (1984), Coupe d’Europe des Clubs Champions (1985), Supercoupe UEFA (1984), Coupe Intercontinentale (1985), Ballon d’Or (1983, 1984, 1985).

Autres articles intéressant

PLSQ : Mont-Royal Outremont plonge Blainville dans le doute
PLSQ : Mont-Royal Outremont a-t-il les moyens de bousculer Blainville?
PLSQ : En dominant Saint-Hubert, le Dynamo remonte au classement !