Matthias Sindelar, le joueur qui défia Hitler

Matthias Sindelar est le visage de la grande équipe d’Autriche des années 20 et 30. Face à la montée du Nazisme, cet avant-centre talentueux a refusé de rejoindre la cause d’Adolf Hitler. Le « meilleur joueur autrichien de l’histoire » l’aura payé de sa vie.

« Le Mozart du football », pour son talent. « L’homme de papier », pour sa capacité à dribbler et à éviter ses adversaires grâce à sa petite taille. Matej (Matthias, son prénom germanisé) Sindelar est le plus grand nom du football autrichien. Dès 1918, le jeune attaquant convainc rapidement tout le monde de son talent et mène plus tard l’équipe nationale, considérée comme l’une des meilleures du Monde à cette époque, durant treize ans. La « Wunderteam » remporte la Coupe internationale européenne (ancêtre de l’Euro) en 1932 et accède à la demi-finale de la Coupe du Monde 1934. Avec l’Austria de Vienne, il remporte la coupe Mitropa (première coupe européenne des clubs) et marque plus de 600 buts en 700 matchs!

Mais la guerre donnera un sens tragique à son existence. En 1938, l’Allemagne d’Adolph Hitler envahit l’Autriche, c’est l’Anschluss. L’existence de la « Wunderteam » est remise en cause. Les Nazis comptent en partie sur le soccer pour rallier les deux nations. Hitler souhaite que les meilleurs joueurs autrichiens évoluent sous le maillot nazi. Pour cela, une rencontre Allemagne – Autriche est organisée le 3 avril 1938 lors duquel les Nazis souhaitent gagner la rencontre pour montrer l’image d’une nation forte. Convoqué pour jouer sous la bannière allemande, Matthias Sindelar refuse. Il prétexte une vieille blessure et son âge avancé (35 ans) pour justifier sa décision. Néanmoins, il revêt le maillot autrichien et se donne au maximum. Il ouvre le score à la 70e minute et l’Autriche gagne 2-0. Pour célébrer les buts, l’attaquant nargue les hauts dignitaires nazis et Adolf Hitler, lui aussi présent en tribunes, en effectuant des pas de danse. Dès lors, il est considéré comme un opposant politique.

Traqués par les Nazis, Matthias Sindelar se cache plusieurs mois dans des caves avec sa compagne Camilla Castagnola. La Gestapo, police politique d’Hitler, enquête sur sa famille pour le retrouver. Le 23 janvier 1939, il est retrouvé sans vie dans son lit. Le rapport officiel affirme que son décès est dû à une intoxication au monoxyde de carbone à cause d’une cheminée défectueuse. Mais de solides doutes persistent : les thèses du meurtre par la Gestapo ou d’un suicide sont toujours d’actualité. D’autant que sa maison était en bon état. Son corps est incinéré durant l’Occupation. 15 000 personnes assistent à ses funérailles.

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Raymond Kopa est décédé
Le jour où l’Olympique lyonnais a raté le transfert de Cristiano Ronaldo
Carlos Alberto : le capitaine d’une équipe de légende