Gabrielle Lambert : « J’ai attendu ma chance »

Gardienne de Trois-Rivières, Gabrielle Lambert a bouclé ses valises en septembre dernier direction la France. Remplaçante une bonne partie de la saison, la Québécoise est aujourd’hui titulaire à Albi en première division. Une sacrée expérience… qui pourrait encore durer!

Gabrielle, comment avez-vous vécu les périodes durant lesquelles vous ne jouiez pas?
C’était difficile. Je suis une compétitrice et je suis venue ici pour jouer. En plus, j’étais loin de ma famille et de mes amis. Je n’ai pas pu revenir à Noël alors oui, c’est sûr que ce fut une période difficile. En même temps, l’autre gardienne faisait de bons matchs et je n’avais pas encore prouvé ce dont j’étais capable. J’ai continué à travailler fort aux entraînements et j’ai attendu ma chance. Mais j’ai eu envie de rentrer à certains moments. Cette période m’a permis de travailler encore plus fort sur moi et m’a confirmé que je voulais vraiment jouer au soccer.
Quel a été le tournant? À quel moment le coach vous a fait confiance?
Le coach m’avait dit que j’allais jouer les matchs de Coupe de France. Je savais alors que c’était ces matchs qui détermineraient le reste de la saison. C’est après le match contre Rodez en Coupe que j’ai joué mon premier match de championnat contre l’Olympique marseillais. Le coach a vu durant ce match des qualités qui l’intéressaient et il a décidé de me donner ma chance. J’en profite depuis! Je profite de chaque match et je donne tout ce que j’ai pour qu’on puisse ramener les trois points à chaque fois!
Comment sont vos sensations? La confiance a-t-elle toujours été là?
C’est certain qu’en ne jouant pas c’est difficile d’avoir de la confiance. Mais les filles m’ont toujours supportée et encouragée spécialement quand j’ai joué les premiers matchs. Cela m’a beaucoup aidé. Quand j’ai joué mon premier match, je me suis dis que ça pouvait être le premier et le dernier. J’ai juste décidé d’avoir du plaisir en jouant et de faire ce que je savais faire sans me mettre de pression supplémentaire. On a perdu le match mais j’étais quand même satisfaite. Je pense que le plus important pour moi c’est d’avoir du plaisir en jouant et de là vient la confiance et les bonnes sensations.
Avez-vous l’impression d’avoir progressé?
Oui, définitivement. Je pense m’être améliorée dans beaucoup d’aspects de mon jeu. Je pense que j’ai pris de la maturité aussi, j’essaie de prendre le plus de conseils possibles et de les mettre en application. Avec le staff, on a aussi ciblé mes points faibles pour que je travaille dessus parce qu’à ce niveau, ce sont aussi les détails qui font la différence.
Y a-t-il un fossé entre la première division française et le niveau AAA?
Oui, sans aucun doute. Le niveau en France est très élevé, surtout quand on compare aux équipes de haut de tableau qui sont principalement composées de joueuses internationales. Cette année, la finale de la Ligue des Champions Féminine oppose le PSG à Lyon. C’est un signe à quel point le championnat français est bon. À mon avis, il y a aussi trop d’équipes dans le AAA, ce qui abaisse le niveau de compétition. Le niveau de jeu que permettait d’avoir le semi-pro avec le Dynamo et les Comètes était vraiment idéal pour des joueuses qui voulaient jouer à un bon calibre et qui n’avaient pas fini leurs études. Je trouve d’ailleurs très dommage pour le développement des joueuses du Québec que ces deux équipes n’existent plus. Personnellement, c’est avec le Dynamo que j’ai eu la chance de jouer mon premier vrai haut niveau au soccer, j’ai adoré l’expérience! C’est sans aucun doute ce qui m’a donné le goût de poursuivre en Europe.
Serez-vous encore en France pour la saison 2017-2018?
Pour ce qui est de l’année prochaine, on doit d’abord confirmer notre maintien. Même si on est en bonne position, rien n’est encore fait. Une victoire contre Rodez ce dimanche nous permettrait de le faire! Une fois le maintien acquis, oui j’aimerais bien faire une saison de plus à Albi!
Crédit Photo : Mica GBM @ PhootoRafettes
Propos recueillis par www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Les Patriotes jouent « gros » vendredi contre le Vert et Or
Le Vert et Or frappe un grand coup face à l’UQAM !
Blainville célèbre son titre en battant Mont-Royal Outremont sur le fil