Tournoi olympique féminin : Les États-Unis, l’équipe à battre!

Le tournoi de soccer féminin olympique débute demain! Douze équipes vont s’affronter pour l’or. La compétition risque d’être ouverte puisque sept nations présentes font partie du top 10. L’ogre américain pourra-t-il encore une fois conserver son titre ?

États-Unis (1er au classement FIFA) :

Les favoris du tournoi! Triple médaillée d’or olympique, championne du monde en titre, rien ne semble pouvoir arrêter cette équipe. Avec sa gardienne étoile Hope Solo et des joueuses d’expérience telles que Carli Lloyd ou Alex Morgan, l’or olympique est l’objectif annoncé par cette équipe américaine. Parmi les 22 joueuses de l’effectif, 15 ont remporté la Coupe du Monde l’année dernière au Canada. Blessée de longue durée, Megan Rapinoe manquera au moins le premier match.

Allemagne (2e) :

Les Allemandes sont toujours présentes dans les grandes compétitions. Demi-finaliste de la dernière Coupe du Monde, huit fois championne d’Europe et trois fois médaillée de bronze, l’Allemagne n’est pas à sous-estimer. Surtout que la sélection pourra compter sur Dszenifer Marozsãn et Alexandra Popp, toutes les deux en course pour le titre de meilleure joueuse européenne 2016. Privée de la joueuse FIFA de l’année 2014 Nadine Kessler, qui a pris sa retraite, la Mannschäft a infligé une défaite 11-0 au Ghana, l’une des meilleures équipes d’Afrique, lors de sa préparation olympique.

France (3e) :

Si la France n’a toujours rien gagné sur la scène internationale, son équipe n’en reste pas moins redoutable. Ayant échoué aux portes de la finale en 2012, les Bleues souhaitent se rattraper. La séance des tirs au but contre l’Allemagne en quart de finale de la Coupe du Monde 2015 hante encore les esprits. Les Bleues veulent gagner un titre ! L’équipe de France peut d’ailleurs compter dans ses rangs six joueuses nommées pour le titre de meilleure joueuse européenne de l’année (Camille Abily, Amandine Henry, Eugénie Le Sommer, Amel Majri, Luisa Nécib et Wendie Renard). Le match de groupe contre les États-Unis sera un bon test pour juger le potentiel de cette équipe.

Australie (5e) :

Attention danger! Les Australiennes sont redoutables. Emmenée par la meilleure joueuse de la Fédération asiatique 2014, Katrina Gorry, elles ont mené la vie dure au Brésil en amical pré-olympique. Il a fallu que les Matildas soient réduites à dix pour voir la Seleçao s’imposer. Il faudra aussi surveiller Kathryn Gill. L’attaquante a inscrit 32 buts en 63 sélections. Une référence dans ce coin de l’Océanie.

Suède (6e) :

Les Suédoises reviennent sur le devant de la scène ! Longtemps discrètes, elles se sont hissées en quart-de-finale des JO de Londres (2012) avant de tomber en demi-finale de l’Euro (2013). Lors de la Coupe du Monde au Canada (2015), elles ont échoué en huitième de finale. A 32 ans, Lotta Schelin, 63 buts en sélections, devrait jouer sa dernière compétition internationale. Une motivation supplémentaire pour les Scandinaves qui ont à nouveau soif de reconnaissance.

Brésil (8e) :

Chez elles, les Brésiliennes auront à cœur de remporter la médaille d’or. Après deux échecs en finale des Jeux de 2004 et 2008, elles feront tout pour obtenir le titre. Mais le Brésil aura fort à faire dans la phase de groupe, avec la Suède (6e) et la Chine (12e). À 30 ans, Marta, élue cinq fois meilleure joueuse du monde, et la défenseure Formiga, 38 ans, jouent certainement leur dernière compétition internationale. Les deux légendes du soccer féminin veulent à tout prix entrer dans l’histoire olympique.

Canada (10e) :

Lire ici.

Chine (12e) :

Les Chinoises ont souffert pour se qualifier pour les Jeux olympiques face à des équipes largement à leur portée. La sélection traverse une période difficile depuis plusieurs années et la Fédération a appelé Bruno Bini à son chevet. Le technicien français est reconnu pour son expérience et ses résultats avec l’équipe de France durant la décennie 2000. Son équipe a résisté au Canada en amical récemment (1-0). La période glorieuse des années 90 semble bien loin désromais.

Colombie (24e) :

La génération dorée colombienne arrive à maturité. Ces filles avaient terminé à la quatrième place de la Coupe du Monde U20 en 2010. Surprenantes, elles ont réussi à se qualifier pour Rio en terminant deuxième de la Copa America derrière le Brésil. La joueuse des Flash de New-York, Lady Andrade, voudra certainement briller contre les Américaines. Les Colombiennes ne viennent pas en victimes expiatoires !

Nouvelle-Zélande (17e) :

Les Néo-Zélandaises participent à leur troisième tournoi olympique consécutif. Elles seront emmenées par l’ancienne joueuse du Fury d’Ottawa, Amber Hearn, qui évolue actuellement en Allemagne. Côté défensif, Abby Erceg apportera son expérience internationale. L’équipe est entraînée par Tony Readings, ancien adjoint de John Herdman aujourd’hui à la tête du Canada. Même si elles n’ont certainement pas le talent individuel pour rivaliser avec les meilleures équipes de la compétition, leur discipline collective en fait une équipe redoutable.

Afrique du Sud (60e) :

La sélection participe pour la deuxième fois au tournoi olympique. A Londres, les Banyana Banyana n’avaient pas passé le premier tour. L’équipe pourrait connaître le même destin à Rio à moins que l’attaquante Jermaine Seoposenwe, basée aux Etats-Unis, ne continue à trouver le chemin des filets comme lors des qualifications avec 5 réalisations en 6 matchs. Face à des équipes d’un calibre supérieur, l’Afrique du Sud devrait quand même souffrir pour poursuivre la route dans ce tournoi.

Zimbabwe (93e) :

L’inconnu. Pour la première fois, le Zimbabwe participe au tournoi olympique. Son parcours de qualification fut presque chaotique puisque l’équipe n’a pas voulu se déplacer en Côte d’Ivoire. Disqualifiée dans un premier temps, elle a pu réintégrer la compétition après appel. Il parait bien compliqué pour la sélection africaine de briller au tournoi olympique même si l’attaquante Rudo Neshamba a toujours su aider son équipe en marquant les buts décisifs.

 

Composition des groupes :

Groupe E : Brésil, Chine, Afrique du Sud, Suède.

Groupe F : Australie, Canada, Zimbabwe, Allemagne.

Groupe G : Colombie, France, Etats-Unis, Nouvelle-Zélande.

Les deux premières équipes de chaque groupe sont qualifiées pour les quarts-de-finale ainsi que les deux meilleurs troisièmes.

Photo : Wikipedia.com

Autres articles intéressant

Les matchs de soccer autorisés pour tous au Québec à partir de lundi !
Le Défi Futsal invite tous les joueurs de soccer à courir pour la bonne cause
Angelo Jean-Baptiste (Fabrose) : « Mes équipes sont traditionnellement offensives »