Ambroise Oyongo champion d’Afrique et… bientôt en Europe?

Ambroise Oyongo et ses partenaires ont placé le Cameroun au sommet de l’Afrique en remportant la Coupe d’Afrique des Nations dimanche au Gabon. Une consécration pour le latéral gauche de l’Impact de Montréal qui a reçu plusieurs propositions de clubs européens cet hiver. D’ailleurs, il a refusé une offre de Monaco dont les dirigeants ne voulaient pas qu’il participe à cette CAN pour pouvoir l’utiliser tout de suite en Ligue 1. Un départ du Québec semble inéluctable cet été. En attendant, le joueur de 25 ans savoure le sacre de son pays.

Ambroise, quel est votre sentiment après cette victoire en Coupe d’Afrique?

C’est fabuleux. Nous revenons de tellement loin. Nous avons travaillé dur et rien ne nous a été épargné. Nous avons affronté toutes les grandes équipes africaines. Nous avons joué contre le Sénégal, le Ghana et maintenant l’Égypte. Je pense que nous méritons ce titre. Ça n’était pas gagné, mais nous sommes désormais les champions. Si nous sommes allés au bout, c’est parce que nous sommes des guerriers.

Allez-vous fêter votre titre au Cameroun?

Nous sommes champions. De nombreux joueurs n’atteignent jamais de tels sommets, certains n’y parviennent qu’une fois dans leur carrière. Le Cameroun était en retrait depuis 15 ans. Nous voulions absolument gagner quelque chose. Aujourd’hui, tout le pays est en liesse. On va fêter ça !

Quand avez-vous prévu de rentrer dans votre club, l’Impact de Montréal ?

J’ai de la chance, on ne m’attend pas avant le 15 février. Nous sommes en pleine préparation de la prochaine saison. Il faut que je récupère un peu. Je vais parler à mon équipe parce qu’il me faudra sans doute quelques jours de repos pour me remettre.

Vous êtes désormais qualifiés pour la Coupe des Confédérations où vous retrouverez des adversaires encore plus prestigieux. Êtes-vous prêts à affronter les meilleures nations de chaque continent?

Quand on joue au football, il faut être prêt à défier les plus grands. On s’y prépare et on se concentre pour être à la hauteur. Pour moi, tout va bien. Je joue en MLS mais j’affronte régulièrement quelques-uns des meilleurs joueurs de la planète. Ce n’est pas évident. Nous allons peut-être nous retrouver face au Portugal de Cristiano Ronaldo. Ce sera dur, mais c’est le football. Il faut se battre pour gagner le droit de se mesurer aux meilleurs.

La rédaction de www.justesoccer.com via Fifa.com

Autres articles intéressant

Joël Bats, une ancienne gloire du soccer français dans le staff de l’Impact de Montréal
Chicago Fire – Impact de Montréal (2-2) : ce qu’il faut retenir
San Jose Earthquakes – Impact de Montréal (1-0) : les joueurs plaident coupables