Grégory Milhau ou le défi de la Polynésie

Ancien entraîneur de Longueuil, Monteuil et de la PSG Academy, Grégory Milhau a décidé de quitter le Québec pour poursuivre sa carrière à Tahiti. Le coach a récemment obtenu le prêt de William Vandal, gardien U19 de l’Impact de Montréal pour le club de l’AS Central dont l’équipe évolue en 1ère division. Il nous explique son projet.

Grégory, pourquoi avoir choisi Tahiti pour poursuivre votre carrière?
Depuis 2015, je travaille avec la Polynésie sur des projets professionnels (tourisme, business, politique, diplomatique) et d’échanges avec le Québec (entreprises, institutions, associations, individus, etc.). J’ai coorganisé en 2017 le premier salon de Tahiti à Montréal au sein du Complexe Desjardins en faisant venir une délégation de 30 personnes (politiques, associations, entreprises, artisans, artistes, étudiants, etc.) en vue de partager la culture polynésienne auprès des Québécois. Lors de visites préparatoires, j’ai eu a chance de découvrir ce petit bout de pays qui a su me séduire tant dans la géographie et l’accueil que par son climat et ses opportunités. Je me suis donc renseigné au niveau sportif et j’ai trouvé un pays bien structuré au niveau fédération et partenaire de la F.F.F. Par la suite et via mon réseau, un de mes amis, Florian Mathieu, ex-joueur du Dynamo de Québec, m’a mis en relation avec son père, Frank Mathieu, coach principal de l’AS Central, club où j’exerce en qualité d’adjoint de l’équipe séniors 1 et en qualité d’éducateur chez les U18 et les U10.
Frank avait déjà exercé en tant que coach de l’AS Tefana, club partenaire de l’AS St Étienne où il avait vécu pas mal d’aventures et de réussite (Champion’s league Océanie, Coupe de Polynésie et championnat). Lui souhaitait relever un nouveau défi avec l’AS Central et moi tenter une nouvelle opportunité, on s’est mis en contact et on a tout de suite connecté l’un et l’autre. Le projet s’est mis en branle assez rapidement et l’acclimatation s’est très bien passée.

Comment avez-vous procédé pour faire venir William Vandal?
Je connaissais bien Philippe Eulaffroy, directeur de l’Académie de l’Impact. Dans un projet d’échange (Polynésie-Québec) sur lequel nous travaillons en partenariat avec le directeur technique régional polynésien, Patrice Flaccadori, j’ai demandé à Philippe s’il n’avait pas un jeune gardien tenté par une aventure en Polynésie. Celui-ci m’a donc proposé William avec lequel le staff technique de l’AS Central a eu pas mal d’échanges. Et devant cette opportunité et le talent de celui-ci, nous avons donc accepté. Je pense que cela est une prémisse sur le travail que nous pourrons développer entre l’Impact de Montréal, le Québec et la Polynésie.

Que va-t-il apprendre là-bas?
A Tahiti, nous évoluons en DH (6e division française). Pour information, Besançon est venu jouer le 8ème Tour de la Coupe de France contre l’AS Vénus, équipe du championnat tahitien en novembre dernier. Nous pensons que William va progresser tant au niveau humain, qu’au niveau foot. Malgré ce que l’on peut penser, le niveau est intéressant tout comme les opportunités. Les deux premiers du championnat peuvent accéder à la Champion’s league Océanie et le vainqueur de la coupe de Polynésie, au 8ème tour de la coupe de France. Je pense que le challenge en vaut la chandelle ! De plus, il progressera footballistiquement en jouant avec et contre des joueurs plus expérimentés et montrera aussi la qualité de formation québécoise.

Quel est l’objectif de l’AS Central cette saison?
L’objectif premier du Club est de remporter la Coupe de Tahiti et de finir dans les 5 premiers en championnat. Nous sommes une équipe en pleine restructuration. Durant le mercato d’hiver, nous nous sommes renforcés avec 3 joueurs internationaux dont un ex-joueur PLSQ (Camillo Saenz) qui jouait pour le Dynamo Québec et de trois joueurs locaux. Nous sommes actuellement 7e sur la phase aller et nous jouons notre 1er tour de coupe de Polynésie le 11 janvier contre l’équipe championne des îles Marquises.

Quelle est la nature du partenariat entre l’Impact, le Québec et l’AS Central?
Nous sommes dans les prémisses. Mais l’objectif avec l’Impact serait de permettre à des équipes jeunes de venir effectuer des tournois locaux et de permettre à des équipes locales et-ou sélection Tahiti de venir s’intégrer à des tournois de l’Impact ou à des séances de détections pour permettre à ces jeunes footballeurs tahitiens, d’avoir une opportunité forte intéressante dans leur développement football et humain. Mais je dirais que l’objectif général serait de développer et stimuler les échanges entre le Soccer du Québec et le football polynésien.

Crédit Photo : Christophe Fotozz
Propos recueillis par www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

AAA masculin : Un démarrage tranquille
Les saisons PLSQ féminine et masculine auront bien lieu !
Des retrouvailles en guise d’ouverture en AAA masculin