Les 10 grands « gagnants » de la Coupe du Monde 2018

Ils ont marqué positivement à leur manière la Coupe du Monde 2018. Voici les dix principaux acteurs de la compétition qui ont tiré profit du Mondial!

1- Kyllian MBappé : Le talent du joueur du PSG est bien connu en France. Depuis le huitième de finale contre l’Argentine lors duquel il a marqué deux buts et provoqué un penalty, l’ailier de 19 ans a éclaté à la face du Monde! Passements de jambes, talonnades, buts ou passes audacieuses, le Français tente beaucoup de choses et a montré un bon ratio de réussite. Il a été élu « meilleure jeune joueur » de la compétition.

2- Luka Modric : Le milieu du Real Madrid a été désigné « meilleur joueur » de la Coupe du Monde à juste titre. Le leader de la Croatie a montré qu’il était l’un des meilleurs de la planète actuellement grâce notamment à un match incroyable contre l’Argentine lors duquel il a marqué un but et remporté 100% de ses duels aériens, dribbles et tacles!

3 – Yerry Mina : Peu connu lors de son transfert à Barcelone en provenance de Palmeiras, le Colombien n’arrive pas à s’imposer depuis. En quatre matchs de Coupe du Monde, il a inscrit trois buts sur coups de pied arrêtés aidant au passage sa sélection à sortir des phases de poule et égaliser contre l’Angleterre en huitième de finale. Le bout du tunnel pour lui?

4 – Ivan Perisic : Quand on parle de la Croatie, on évoque forcément Mandzukic, Modric ou Rakitic. Et bien on parlera désormais de Perisic dont le pied gauche a semé la terreur dans toutes les défenses adverses durant cette Coupe du Monde. Le milieu de l’Inter de Milan fait preuve d’une activité incroyable et a aussi inscrit un joli but contre la France en finale.

5 – Denis Cheryshev : On ne donnait pas cher des Russes au coup d’envoi de cette Coupe du Monde. Ni de Denis Cheryshev d’ailleurs lors de son entrée en jeu contre l’Arabie Saoudite. Mais voilà, le gaucher a constamment été décisif pour son équipe marquant au passage quatre buts en cinq matchs dont une frappe somptueuse contre la Croatie en quart de finale!

6 – Gareth Southgate : Lorsqu’il a repris les commandes de l’équipe d’Angleterre, le sélectionneur avait tout à refaire après l’élimination au premier lors de la Coupe du Monde 2014 et l’humiliation face à l’Islande en huitième de finale de l’Euro 2016. Les Three Lions étaient à plat, l’ancien international les a amenés en demi-finale de Coupe du Monde en moins de deux ans! Pour cela, il s’est passé de Milner, de Rooney  et du kick and rush!

7 – Eden Hazard : Si la Belgique a battu son record de buts marqués (16) et a longtemps rêvé à un titre de champion, Eden Hazard y est pour beaucoup. Faisant preuve de leadership, le technicien de Chelsea a pris en main le jeu des Diables rouges et fut le joueur le plus dangereux en demi-finale contre la France. A tel point que le Real Madrid est très intéressé pour le recruter, reléguant Neymar en deuxième option. Chelsea a annoncé la couleur : ce sera 225 millions d’euros!

8 – Didier Deschamps : Critiqué depuis des années pour ne plus convoquer Karim Benzema et privilégier Olivier Giroud à la tête de l’attaque, le sélectionneur français a tenu bon malgré les reproches sur la qualité de jeu des Bleus. Finaliste de l’Euro 2016, il emmène une jeune troupe (14 joueurs de l’effectif découvraient la Coupe du Monde) au sacre mondial alors que cette équipe est programmée pour atteindre son apogée au Qatar en 2022! Il rejoint ainsi Zagallo et Beckenbauer dans le cercle très fermé des entraîneurs ayant remporté la Coupe du Monde aussi en tant que joueurs.

9 – Samuel Umtiti : Au coup d’envoi de la coupe du Monde, la charnière centrale de l’équipe de France était pointée du doigt. Peu rassurante, elle confirma ses doutes après « la main » de Samuel Umtiti dans sa surface contre l’Australie lors du premier match. Mais le défenseur barcelonais s’est relevé et a réalisé des prestations très solides marquant au passage le but de la qualification en demi-finale contre la Belgique puis en étant l’un des meilleurs joueurs de la finale! Si la France a encaissé si peu de buts (6 sur trois matchs), l’ancien Lyonnais y est pour beaucoup.

10 – Suède : La vie sans Ibrahimovic, c’est possible! Après avoir annoncé sa retraite internationale, le géant du Galaxy avait proposé ses services pour jouer la phase finale en Russie. Le sélectionneur Janne Anderson a préféré compter sur son jeune groupe de joueurs qu’il a hissé en quart de finale au courage, le meilleur résultat du pays depuis 1994, éliminant au passage le tenant du titre allemand!

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Tony Loffreda (Montréal 2026) : « On va participer à l’essor du soccer »
Coupe du Monde 2018 : Les observations des entraîneurs du Québec
Les 10 « grands » perdants de la Coupe du Monde 2018

Laisser un commentaire