Mondial à 48 pays : la colère gronde !

La décision de la FIFA de qualifier 48 pays pour les éditions de la Coupe du Monde à partir de 2026 a suscité beaucoup de réactions dans le soccer professionnel. Si certains voient l’opportunité pour des équipes modestes de participer à la fête, d’autres estiment que ce vote permet d’engranger beaucoup plus d’argent au détriment du critère sportif mondial.

Le conseil de la FIFA a voté cette décision aujourd’hui à l’unanimité. L’Europe, l’Amérique du Sud, le Concacaf, l’Afrique et l’Asie bénéficieront d’équipes qualifiées supplémentaires pour les éditions de la Coupe du Monde dès 2026. Forcément, les nations régulièrement éliminées en phase de qualifications saluent cette décision. En revanche, beaucoup de voix s’élèvent pour critiquer Gianni Infantino, le président de l’organisme mondial du soccer. Tout d’abord, Massimiliano Allegri. L’entraîneur de la Juventus fustige le business qui a pris une place considérable : « 48 équipes c’est beaucoup, voyons comment ce format sera mis en place. Le football change, les décideurs du soccer cherchent à accroître les bénéfices. Maintenant, le soccer, c’est du spectacle et du business. Du point de vue de coach de club, il y a trop de sélections dans ce format. Si j’étais sélectionneur, je serais sans doute content’. »

La compétition démarrera avec 16 poules de trois équipes. Ainsi, une équipe pourra être éliminée après deux matchs ou pourra se qualifier sans en gagner un seul. L’Euro 2016 en France, qui a rassemblé 24 équipes pour la première fois, fut largement critiqué par son niveau de jeu et du processus de qualification. Par exemple, le Portugal, vainqueur de la compétition, s’est qualifié pour les demi-finales sans jamais gagner un match dans le temps réglementaire. Karl-Heinz Rummenigge, légende du soccer allemand et président de l’Association européenne des clubs, regrette aussi la décision de la FIFA : « C’est un choix plus politique que sportif. Gianni Infantino a voulu soigner son électorat. Nous ne voyons pas l’intérêt de changer l’actuel format à 32 équipes qui a fait ses preuves comme meilleure formule. »

48 équipes qualifiées signifient plus de droits TV, plus de tourisme et forcément davantage de revenus. La Coupe du Monde 2014 à Rio a généré 4,5 milliards de dollars de revenus, rien que pour la FIFA. Mais Gianni Infantino défend son projet : « Nous voulons que plus de pays puissent rêver. Le Mondial à 48 équipes se disputera encore sur 32 jours, que l’équipe vainqueur jouera 7 matches comme aujourd’hui et que le tournoi aura lieu encore dans 12 stades. » Le président actuel de la FIFA se présentera pour un nouveau mandat en 2019.

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

PLSQ : Mont-Royal Outremont plonge Blainville dans le doute
PLSQ : Mont-Royal Outremont a-t-il les moyens de bousculer Blainville?
PLSQ : En dominant Saint-Hubert, le Dynamo remonte au classement !