Serge Aurier sauve la vie d’un adversaire en plein match

Depuis la saison dernière, Serge Aurier traîne une image de joueur instable, capable de déraper à tout moment sur et en dehors du terrain. Mais ce week-end, l’international ivoirien a sauvé la vie d’un de ses adversaires maliens lors d’un match qualificatif pour la Coupe du Monde 2018. Alain Giresse, le sélectionneur des Aigles, l’a remercié publiquement.

Parfois le public et les médias sont injustes. Samedi soir, Serge Aurier a été au coeur d’une polémique pour avoir fait un signe « d’égorgement » afin de célébrer son but lors de Côte d’Ivoire – Mali (3-1). Sa réputation ne l’ayant pas servi, il fut la cible des plus vives critiques pour son comportement. Son entourage assure qu’il s’agit du « gorjaï », un geste commun dans les quartiers populaires d’Abidjan, la capitale. Mais aujourd’hui, un autre fait important a redoré le blason de l’international ivoirien. Après un duel aérien lors du même match, le Malien Moussa Doumbia retombe lourdement après le choc et s’étouffe avec sa langue. À proximité, le défenseur du PSG s’empresse de mettre le joueur en position latérale de sécurité et de dégager les voies respiratoires. « Il était en train de perdre la vie. Aurier a eu un réflexe énorme. Je lui en ai parlé après et je l’ai même remercié d’avoir eu ce sang-froid », assure Alain Giresse, le sélectionneur du Mali. Moussa Doumbia a ainsi pu se relever au bout de quelques secondes.

Depuis l’année dernière, Serge Aurier accumule les incidents. Cela a commencé sur le réseau social périscope lorsqu’il a insulté son entraîneur ainsi que plusieurs de ses équipiers. En septembre, il fut condamné à deux mois de prison pour avoir frappé des policiers à la sortie d’une boîte de nuit parisienne au mois de mai. Jugé un peu trop vite sur ce coup-là, le bad boy a finalement aussi un bon fond.

Autres articles intéressant

Coupe du Monde 2026 : l’Amérique du Nord est l’option la plus crédible
CAN 2017 : ce qu’il faut savoir
Coupe du Monde 2022 : la plainte contre la FIFA concernant les conditions de travail des ouvriers rejetée