Une Coupe du Monde à 48 équipes en 2026?

Gianni Infantino vise toujours plus haut. Après avoir affirmé qu’il souhaitait ouvrir la Coupe du Monde à 40 équipes, le Président de la FIFA suggère de remodeler la compétition pour accueillir 48 équipes! L’idée plait aux différentes confédérations. Elle pourrait être aménagée en 2026.

Le cahier des charges sera bien compliqué pour le pays hôte de la Coupe du Monde 2026. Alors que le Brésil avait accueilli 32 équipes en 2014, les candidats intéressés pour accueillir l’édition de 2026, comme le Canada et la Chine, devraient certainement prévoir la venue de 48 équipes! Les différents responsables des Fédérations à travers le Globe encouragent cette initiative, surtout l’Europe qui se sent désavantagée en constatant le nombre d’équipes qualifiées de son continent par rapport aux nombres de participants aux éliminatoires. Présent en Colombie pour la Coupe du Monde de futsal, Gianni Infantino a relancé le débat : « Ce n’est encore qu’une suggestion. Nous prendrons une décision avec le Conseil de la FIFA en janvier 2017. »

Dans les détails, la compétition commencera par un tour préliminaire entre les qualifiés sur les pelouses du pays hôte de la Coupe du Monde. Un match éliminatoire opposera 32 équipes alors que 16 autres en seront dispensées. Ensuite, le tournoi se poursuivra avec les 32 nations restantes, les 16 équipes ayant perdu le match préliminaire rentreront chez elles.

Néanmoins, certaines voix s’élèvent contre un tel projet. Parmi elles, Jöachim Low. Le sélectionneur allemand, champion du monde en titre, estime que le niveau de jeu sera affaibli : « La valeur sportive de la compétition sera diluée, ce n’est pas une bonne idée. L’addition de matchs est usante physiquement et mentalement. Au final, les équipes qualifiées en pâtissent. Mais je comprends le sentiment des équipes les plus faibles qui participent à la phase finale grâce à cela. » Déjà l’Euro 2016 fut critiqué pour son niveau de jeu alors que le nombre d’équipes qualifiées venait de passer de 16 à 24.

 

Autres articles intéressant

James-William Hone-Blanchet : « Parti en France pour devenir professionnel au Canada »
Tony Loffreda (Montréal 2026) : « On va participer à l’essor du soccer »
Coupe du Monde 2018 : Les observations des entraîneurs du Québec