Expansion de la MLS : « Les clubs seront choisis avant la fin de l’année »

La MLS progresse d’année en année. En 2017, Atlanta United et Minnesota FC feront grimper le nombre d’équipes à 22. Une autre équipe de Los Angeles arrivera en 2018 puis ce sera au tour du club de Miami soutenu par David Beckham. Prochainement, la MLS choisira quatre nouvelles équipes qui feront leur entrée dans la championnat parmi douze candidats : deux en 2020 puis deux autres à une date non fixée. Mark Abbott, le président de la MLS, a abordé le sujet sur mlssoccer.com.

Monsieur Abbott, pourquoi avoir instauré une deadline aux éventuels investisseurs de franchises MLS alors qu’auparavant ce n’était pas nécessaire?

Cela fait plusieurs années que l’on parle avec des propriétaires situés dans des marchés intéressants et différents. Nous sommes arrivés à un point où les intérêts et les moyens sont tellement grands qu’il faut mettre au point un processus formel. C’est le meilleur moyen de donner du sens à ces candidatures. Les clubs seront choisis avant la fin de l’année.

Quels sont les critères que vous privilégiez?

Ils sont quatre. Tout d’abord, nous étudierons le potentiel de fans concernant le club. Il faut que la dynamique soit positive. Ensuite, il faut que l’exposition médiatique soit aisée, c’est-à-dire que des grands médias soient à proximité et puissent s’y intéresser. Ces deux éléments nous permettront d’évoluer dans un marché à succès avec des droits TV intéressants. Ensuite, nous prêterons attention à la solidité financière du propriétaire et enfin au stade. Concernant l’enceinte, ce n’est pas forcément évident : il faut des accords du gouvernement concernant la construction, étudier le trafic et le parking les jours de matchs et être conforme aux consignes de sécurité.

Étudiez-vous l’aspect géographique?

Oui, on essaie de recouvrir un maximum le territoire des États-Unis tout en étudiant les possibles rivalités entre franchises. Ce n’est pas un aspect aussi déterminant que les autres mais on le prend en compte.

Parmi les candidats, certains ont-ils des problèmes à remplir le cahier des charges?

Effectivement. Sacramento doit encore unifier son groupe d’investisseurs, Miami doit trouver son stade, tout comme Cincinnati. Enfin, Charlotte n’a aucun historique lié au soccer.

Pour créer une franchise MLS, le coût est de 150 millions de dollars. Pourquoi une telle augmentation alors que l’Impact de Montréal avait payé 40 millions de dollars en 2012?

La MLS ne s’est jamais aussi bien comportée. La reconnaissance est internationale. Des leaders politiques et d’autres investisseurs soutiennent des marchés à fort potentiel. C’est assez incroyable de constater les enjeux autour de la MLS alors que nous avions commencé avec dix équipes à la fin des années 90.

La rédaction www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Chicago Fire – Impact de Montréal (2-2) : ce qu’il faut retenir
San Jose Earthquakes – Impact de Montréal (1-0) : les joueurs plaident coupables
David Villa, première victime de la vidéo en MLS