Blainville : « Un phare pour les joueuses du club »

Blainville a décidé de rejoindre aussi la PLSQ féminine. Jean-Lou Gosselin, directeur technique, nous révèle les attentes et objectifs du club des Laurentides, seule formation du Québec à être présente aussi chez les hommes.

Jean-Lou, on ne s’attendait pas vraiment à voir Blainville en PLSQ féminines. Cela faisait-il longtemps que vous y pensiez?

À vrai dire, nous nous sommes joints à la dernière minute. Nous étions dans les pourparlers au début du projet mais à la lecture du cahier des charges, nous avions fait machine arrière. Nous nous heurtions à la nécessité d’une réserve et au calendrier. Mais lorsque ces éléments ont été modifiés, nous avons décidé d’embarquer.

Quels sont vos objectifs avec cette équipe?

Tout d’abord, nous sommes dans une situation de club, ce qui nous différencie de la plupart de nos adversaires. Notre réalité est d’abord de faire profiter les joueuses de Blainville à moyen et long terme. Notre groupe n’est pas encore finalisé car on doit encore se renforcer. Nos adversaires ont de solides effectifs à l’image du Dynamo de Québec, de l’ARS Saint-Louis et de Rive-Sud. Même Monteuil a eu plus de temps pour préparer son équipe car ils se sont engagé en PLSQ plus tôt que nous. En terme de résultats, j’attends d’affronter tous nos adversaires avant de viser un objectif mais il est certain que nous voulons être un phare pour les joueuses du club. Elles doivent rêver de faire partie de cette équipe.

L’expérience de la PLSQ masculine vous servira-t-elle?

Dans un sens, oui. Quand on voit l’effervescence des jeunes lorsque des joueurs de l’effectif de l’équipe première comme Pierre-Rudolph Mayard, Thibaud Moulinas et Maxime Leconte viennent diriger des pratiques, on souhaite faire la même chose avec les filles. D’ailleurs, certaines joueuses commencent déjà. L’impact chez les jeunes est énorme!

Blainville est le seul club de la province à être présent en PLSQ masculine et féminine. Est-ce une fierté?

C’est un gros engagement de notre part! Notre CA nous a suivi sur ce projet de PLSQ féminine, tout comme la région des Laurentides ainsi que la Ville qui donne beaucoup pour une agglomération de près de 60 000 habitants.

Propos recueillis par www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Andy Kontogiannis (Panellinios) : « En tant que président c’est impardonnable, mais… »
Le match Montréal City – Milanello perturbé par des insultes racistes, misogynes et homophobes?
Daivy Makunza (Longueuil) : « Beaucoup d’événements racistes passés sous silence »