FUTSAL : XTREME ADR, la reconquête

La saison dernière, l’équipe la plus titrée de la conférence Grand-Montréal voyait le championnat lui glisser entre les mains. À la suite de cet échec sur un parcours qui était presque sans faute lors des trois dernières années, le groupe d’Alexandre Da Rocha est resté silencieux jusqu’à tout récemment. Frôlant l’idée de renouer avec le titre de championnes, c’est armé d’une motivation supplémentaire que l’Xtreme ADR entame cette nouvelle saison de futsal qui débute aujourd’hui.

L’Xtreme ADR est une équipe pionnière du futsal féminin au Québec. Créé avec l’idée de promouvoir le sport à grande échelle, ce projet débute d’une OBNL (Organisme à But Non Lucratif) qui gère le sport-études soccer de l’école secondaire de Mortagne, tout en inscrivant une équipe féminine dans le réseau de la PLFQ lors de sa première année. L’objectif initial était de se distinguer des autres sport-études en offrant des séances de futsal aux jeunes athlètes, mais finalement le succès de l’équipe première propulse le projet et offre une reconnaissance supplémentaire au programme. “À l’an 1, l’équipe était constituée de différentes joueuses de soccer que j’avais coaché à travers mon parcours. L’idée était qu’après quelques années, nos athlètes de sport-études continuent d’évoluer sous la tutelle de l’Xtreme.”, explique Da Rocha qui, en plus d’être entraîneur de l’équipe féminine de l’UQAM, a été à la tête des équipes du Québec pendant près de 12 ans. C’est donc avec des joueuses comme Érika Pion, Marie-Pier Chicoine ou encore Sarah Bernard-Lacaille, toutes trois évoluant pour le Cinque Stelle à ce jour, qu’il bâtit la réputation de l’Xtreme ADR. Bien qu’avec les années des joueuses ont quittés et d’autre se sont jointes, il reste encore aujourd’hui deux vétéranes fidèles au projet depuis le commencement; Julie Casselman ainsi que la capitaine Mélissa Busque. Le début de cette nouvelle saison souligne aussi la création d’une première équipe junior sous les couleurs de l’Xtreme ADR. Ce groupe, qui évoluera dans la ligue de futsal régionale de la Rive-Sud, est constitué de joueuses de moins de 20 ans dont une majorité étant toujours en 5e secondaire au sport-études de Boucherville. Chose promise, chose due; les athlètes continueront d’évoluer à l’intérieur de ce sentiment d’appartenance créé depuis le secondaire.

Alexandre Da Rocha ne se le cache pas, le futsal lui a offert un nouveau souffle face à son mandat d’entraîneur. Pourtant à l’aube de cette 5e saison, il a humblement décidé de se contenter du titre de directeur sportif. En effet, Da Rocha a préféré passer le flambeau à Amro Radwan, entraîneur de futsal au Collège Notre-Dame et adjoint à la nouvelle équipe masculine de Monteuil qui évoluera dans la PLSQ en 2019. “Il y a des joueuses que je côtoie régulièrement. Exemple Julia Liguori, je la coach avec l’UQAM, en PLFQ et elle a même fait partie du groupe au Kazakhstan, je crois que l’arrivée d’Amro est pour le mieux.”, développe celui qui sera tout de même en charge du match d’aujourd’hui.

Un vent de renouveau

À la fin de la dernière saison, bien que son équipe ait remporté la Coupe du Québec, Alexandre Da Rocha en vient à se questionner en raison du championnat qui lui a échappé. “Cinque Stelle mérite le titre, vraiment. Elles n’ont rien volé à personne, mais ça m’a amené à faire une rétrospection.”, explique-t-il. C’est pour donner suite à ces réflexions qu’il décide de faire les modifications nécessaires avec un seul objectif en tête ; être championnes de nouveau. Les changements débutent avec la décision d’opter pour une mentalité différente au niveau de l’encadrement, mais aussi sur les critères de sélection de ses athlètes. “Il y a 4 ans, je t’aurais dit que je cherchais de bonnes joueuses de soccer pour les former. Aujourd’hui, je cherche des passionnées de futsal”. En plus de peaufiner cet aspect, il décide d’imposer un entraînement par semaine, activité qui était auparavant optionnelle. Dans cette nouvelle optique, quelques joueuses décident de quitter et bien que Da Rocha insiste qu’il n’ait montré la porte à personne, il souligne tout de même qu’il n’a pas non plus tenter de les convaincre de rester. “Si une joueuse porte le maillot de l’Xtreme, c’est parce qu’elle en aura fait le choix. Celles qui sont présentes cette année ont accepté les conditions et l’implication qu’on demandait”. Ce sont sur les réseaux sociaux de l’équipe que les nouvelles signatures ont été annoncées dans les dernières semaines. Un premier mouvement s’est fait en provenance du FC Grenadiers, club avec qui Da Rocha avait eu des discussions en fin de saison dernière dans le but de fusionner. Bien que le projet ne soit pas arrivé à terme, 4 joueuses décident de faire leur entrée dans la famille de l’ADR ; Léa Palacio-Tellier, Véronique Laverdière, Kaitlyn Fournier ainsi que Sophie Therrien. Le groupe accueillera aussi Karima Lemire, celle qui a fait sa place en PLSQ cet été sera initiée à sa première saison en PLFQ.

Da Rocha retrouvera aussi 4 joueuses qu’il a eu sous ses ordres lors du championnat mondial universitaire FISU où il était entraîneur chef de l’équipe canadienne. Laurie Couture-Dallaire, Marie-Sandra Ujenza, Cynthia Gaspar-Freire et Joëlle Gosselin, qui ont toutes porté les couleurs du Rouge et Or de l’Université Laval, ont fait le choix de quitter la conférence de la Capitale-Nationale pour celle du Grand-Montréal. “Il y avait déjà des rumeurs qu’il n’y aurait pas de PLFQ à Québec alors on a fait ce choix avant de se retrouver avec aucune équipe. On cherchait un environnement sérieux et c’est ce qu’on a retrouvé dans le projet de l’Xtreme.”, explique Gosselin. C’est sans hésitation qu’elle ajoute qu’il faudra probablement un petit moment d’adaptation afin de créer une chimie avec ses nouvelles coéquipières, des joueuses qu’elle a souvent affronté dans différentes compétitions. Cependant, elle est tout de même confiante qu’elles trouveront rapidement leur rythme étant donné qu’elle connait aussi leur grand potentiel.

Et les filles, elles ?

Si du côté masculin on retrouve une finale de conférence ainsi qu’un championnat canadien, avec cette absence de compétitions on constate facilement le retard du futsal au niveau féminin. Même si le talent est nombreux à l’intérieur de la province, c’est environ 14 joueuses qui tenteront de s’accrocher aux équipes du Québec afin de vivre une expérience à l’étranger. “Ces matchs en Belgique sont une motivation et une chance de prouver ce qu’on vaut sur la scène internationale.”, dit Gosselin en ajoutant que selon elle, le développement du futsal féminin est sur la bonne voie et que leur expérience au Kazakhstan prouve qu’elles sont capables de compétitionner. Cet avis est partagé par Alexandre Da Rocha qui est confiant face aux talents des joueuses québécoises et ce, pas seulement dans la grande région de Montréal. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il priorise les performances de ses joueuses autant que les objectifs de groupe. “Au-delà des titres que l’Xtreme a récolté, je suis encore plus fier de voir mes joueuses actuelles, et celles qui sont passées par le programme, se tailler une place en équipe du Québec.”, explique celui qui espère qu’encore une fois cette année, qu’un maximum de ses athlètes seront sélectionnées afin de profiter de ce tournoi en Belgique.

Cette nouvelle saison de l’Xtreme ADR débute aujourd’hui, 15h, alors que les protégées de Da Rocha affronteront les championnes en titre de la dernière saison ; un petit classico maison à l’image du championnat masculin qui s’est amorcé avec l’habituelle confrontation entre le FC Sparte et Sporting Montréal. “Si la ligue veut créer un engouement avec ce match-là, tant mieux! Ça prouve qu’on a une certaine notoriété et qu’ils le reconnaissent.”, souligne l’entraîneur dont l’avis concorde avec sa nouvelle recrue. En effet, Gosselin n’est pas nerveuse de commencer sa saison contre une équipe qu’elle a croisé plus d’une fois lorsqu’elle portait les couleurs de Charlesbourg. “Après cette rencontre, on saura déjà un peu à quoi s’en tenir. Je dirais que c’est un bon stress, mais surtout une motivation.” C’est donc une équipe motivée qui débutera sa saison aujourd’hui au Sport XPO, prête à reconquérir son titre qui lui a échappé l’année dernière.

Texte et photo : Audrey Magny

Autres articles intéressant

André Bona drafté par les Wanderers d’Halifax (CPL)
Les Carabins savourent leur premier titre national masculin
Les routes du FC Gatineau et de Sylver Castagnet se séparent