Fabrose prépare son ascension en PLSQ

Après une saison en PLSQ masculine, Fabrose aborde la nouvelle saison avec un nouvel encadrement et des ambitions pour son équipe féminine. Rabah Benlarbi et Antoine Katako sont les nouveaux meneurs du semi-professionnel.

Fabrose est satisfait de sa première expérience en PLSQ : « On voulait finir sixième avec quatre ou cinq victoires mais on termine septième avec des défaites dont la plupart se soldent par un but d’écart, résume le directeur sportif Guy Zittel. On a appris sur la gestion des hommes et des entraîneurs. Maintenant, c’est sûr que nous sommes plus ambitieux pour la saison qui arrive. Une place parmi les quatre premiers serait parfaite. » Pour y parvenir, le club a fait signer récemment un nouvel entraîneur, Antoine Katako, qui gérait jusqu’à présent la réserve de Mont-Royal Outremont : « Cela faisait quelque temps que nous le suivions, poursuit le dirigeant. Toutes ses équipes savent jouer au ballon. On attend la même chose avec notre formation. On veut voir une équipe articulée tactiquement et heureuse sur le terrain. » Le nouveau coach sait comment sera construite son équipe : « Nous allons prendre 5 ou 6 joueurs cadres de PLSQ et ensuite nous compléterons l’équipe parmi les 60 joueurs que nous possédons dans notre bassin composé de la réserve, des U18 et des U21. Nous voulons être compétitifs  tout en respectant nos principes de jeu. »

Le club a nommé un directeur technique chargé de transmettre les mêmes principes de jeu à chaque équipe, des plus jeunes au semi-professionnel. Le choix des dirigeants s’est porté sur Rabah Benlarbi, ancien collaborateur de l’entraîneur international Philippe Troussier et membre du staff de plusieurs clubs et sélections comme Marseille, la réserve de la Juventus de Turin, les Emirats Arabes Unis ou encore le Japon. Récemment, il vient de quitter son poste de sélectionneur des Philippines féminines après avoir mené la formation challenger aux portes de la phase finale des qualifications pour la Coupe du Monde : « Je suis venu au Canada d’abord pour un choix de vie, explique-t-il. De plus, le Canada a décroché la co-organisation de la Coupe du Monde. Je viens amener mon expérience pour professionnaliser le club en structurant la direction technique et en inculquant une philosophie dont les maîtres-mots sont la rigueur et la discipline. » S’il sera en charge de mener la politique générale du club, il sera le coach principal de l’équipe de PLSQ féminines : « On va construire une équipe jeune, sans pression en axant notre recrutement sur le Québec et l’Ontario. Les jeunes auront leurs chances. »

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

L’aventure du soccer se poursuit pour Maxime Oliveri au pays des kiwis
Julian Labalec (FC Gatineau) : « Je ne suis pas un entraîneur, mais plutôt un éducateur »
Chaudière-Ouest : « Rassembler un maximum de compétences au service des joueurs »