Anthony Rimasson (Longueuil) : « La PLSQ est le sommet de la pyramide de notre formation »

Longueuil prépare la nouvelle saison de PLSQ avec un certain rajeunissement de son effectif. L’entraîneur Anthony Rimasson y poursuit désormais une politique davantage basée sur la formation voire la post-formation que sur les résultats.

Longueuil présentera une équipe différente en 2019 par rapport aux deux saisons précédentes. Le coach Anthony Rimasson explique les raisons qui l’ont poussé à opter pour un rajeunissement de ses troupes : « Cela fait trois ans que j’attends cela. Les jeunes du club n’étaient pas prêts à affronter des adultes. Désormais, c’est le cas et avec l’apparition de notre équipe U21 en AAA, nous sommes présents en élite dans toutes les catégories dès U16. Je suis tranquille pour les cinq prochaines années. » Durant l’automne, le technicien a donc intégré huit joueurs qui évoluaient en U18 dans le groupe semi-professionnel mais ce n’est pas le seul changement : « Le groupe PLSQ-réserve est passé de 50 joueurs à 30. Parmi les 25 garçons présents dans le semi-professionnel en 2018, je n’en garde que 12. Le reste du groupe U18 composera la réserve. »

Avec de tels changements, Longueuil ne visera pas le titre en PLSQ lors du prochain  exercice : « Le champion est qualifié pour le championnat canadien et cela demande énormément d’argent pour y participer, explique l’entraîneur. Le vainqueur de la Coupe ne gagne rien et nous ne risquons pas de descendre. Alors plutôt qu’un investissement financier, nous allons nous investir en terme d’organisation et de formation. La PLSQ se doit d’être un tremplin pour la CPL. Il faut qu’elle soit une vitrine pour nos jeunes joueurs. » Néanmoins, le CSL pourra compter sur des cadres tels que Moojen, qui s’occupera aussi des jeunes du club, Iulianella, Monongo, Quentin Hurtis, Raytchev et Dieng, en attendant les réponses de Mimoun, Jonathan Hurtis et Makunsa : « Nous n’avons aucun objectif de place, on prendra les matchs comme ils viennent, assure Anthony Rimasson. Le but est de former les jeunes de Longueuil ainsi que d’installer une identité de jeu propre au club. La PLSQ est le sommet de la pyramide de notre formation. »

Crédit photo : Audrey Magny

La rédaction de www.justesoccer.com

 

Autres articles intéressant

L’aventure du soccer se poursuit pour Maxime Oliveri au pays des kiwis
Julian Labalec (FC Gatineau) : « Je ne suis pas un entraîneur, mais plutôt un éducateur »
Chaudière-Ouest : « Rassembler un maximum de compétences au service des joueurs »