Le Dynamo de Québec prêt à changer de statut face à Blainville?

Abonné du milieu de tableau depuis son arrivée en PLSQ, le Dynamo de Québec a l’occasion de ravir la deuxième place aujourd’hui en cas de victoire face à Blainville. Mais la mission s’annonce loin d’être facile.

Edmond Foyé et ses joueurs jouent certainement le match qui pourrait changer leur saison. Pour cela, le coach du Dynamo de Québec s’attend à un large soutien des tribunes cet après-midi : « L’engouement du public pour la PLSQ est en train de prendre et nous assistons à une belle communion avec l’équipe. De plus, Beauport a fait un gros travail de communication sur ce match donc nous nous attendons à voir du monde pour nous encourager. » Troisièmes du classement, les coéquipiers de Georget peuvent passer devant Blainville en cas de victoire : « On joue le podium mais pas le titre, on a laissé trop de points en route. Toutes les équipes ne sont pas imbattables mais la défaite du champion en titre la semaine dernière nous complique encore la tâche. Connaissant l’entraîneur de l’ASB, nous allons affronter une équipe revancharde. Ce sera un gros défi pour nous. »

Un challenge réalisable puisque le Dynamo a déjà battu Blainville l’année dernière (1-0) et obtenu le nul en début de saison en Basses-Laurentides (1-1) : « Mais nous ne sommes pas encore à la hauteur de ce standing comme l’ASB ou Mont-Royal Outremont, rappelle l’entraîneur de Québec. Dans un jour moyen, ces équipes gagnent quand même. De notre côté, nous terminons avec un match nul ou une défaite dans ces conditions. » Néanmoins, la formation d’Edmond Foyé a su égaliser dans les arrêts de jeu face à Fabrose la semaine dernière (2-2) : « Effectivement, on aurait perdu ce genre de match la saison dernière. On manque encore de maturité mais on progresse. »

Dynamo de Québec – Blainville, cet après-midi, 16h, stade de Beauport.

La rédaction de wwww.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Vincent Orsida à la tête du AAA de Boucherville!
Antoine Katako : direction Monteuil!
Edmond Foyé : « Je suis affectivement lié à l’ARS Québec »