Lukumbi Tshindaye : « J’ai énormément appris en PLSQ »

Lukumbi Tshindaye s’envole jeudi en Allemagne en vue de faire des essais dans des clubs professionnels. Une agence de recrutement a financé le voyage et estime forcément pouvoir lui trouver un point de chute. La carrière prend une autre tournure pour le jeune milieu du Dynamo de Québec, 18 ans, qui avait déjà tenté sa chance l’année dernière en Angleterre.

Lukumbi, dans quel état d’esprit vous sentez-vous avant de franchir l’Atlantique?

Les jeunes de mon âge ont souvent la soif d’apprendre. C’est le sentiment que je ressens le plus depuis je suis avec le Dynamo de Québec. Cela va de pair avec la persévérance,l’ambition, rester positif etc…

Quelle est la différence entre votre niveau actuel et celui de la saison dernière à la même époque?

C’est sûr que je me sens beaucoup plus prêt que l’an dernier car j’ai joué à mon plus haut niveau à Québec et cela m’a permis d’avantage de perfectionner mes points forts. Je me sens beaucoup plus prêt niveau « soccer ».

Que vous a apporté cette saison de PLSQ?

J’ai énormément appris en PLSQ, des choses très positives! C’est une ligue assez physique donc avec mon petit gabarit j’ai appris à accélérer le jeu avant qu’on me « ramasse ». J’ai appris à prendre beaucoup plus vite l’information qu’en ligue élite où j’avais tout mon temps. Pour une première saison, j’ai quand même été décisif pour un milieu défensif, et avec le temps bien sûr, j’ai appris à muscler mon jeu. Cette ligue m’a permis d’avoir ces essais en Allemagne.

Quel rôle a joué votre entraîneur Edmond Foyé?

Ce monsieur a su mettre en valeur ce dont j’étais capable de faire. Aucun coach à Québec n’avait su le faire avant lui! Plusieurs avaient vu ce que j’étais capable de réaliser sur un terrain mais personne ne s’est investi comme lui. Par la suite, il m’a beaucoup appris le jeu sans ballon que je maîtrise maintenant assez bien. Merci à lui d’avoir pris le temps, de m’enseigner à jouer vers l’avant quand on peut et surtout de m’avoir faire confiance malgré mon gabarit. Il me disait souvent : “Joue ton jeu Lukumbi. Utilise tes points forts et ne laisse pas ton mental te faire croire que tu as énormément besoin de ton physique. » C’est grâce à cela que je me suis lâché sur le terrain et les efforts ont porté leurs fruits.

Un dernier mot?

Je remercie énormément le club du Dynamo de Québec, mes coéquipiers, les fans et les jeunes qui sont venu nous encourager. Je pense entre autres au staff Helder Duarte, Edmond Foyé et ”Nunu le boss”.

Propos recueillis par www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Contre St-Hubert, Longueuil retrouve la victoire, et la confiance?
Edmond Foyé (Dynamo de Québec) : « Essayer de consolider chaque pas que nous réalisons »
Beauport se remet en marche et prépare la Coupe du Québec