Sylvain Pereira « Blainville » : « Nous jouons la stabilité »

L’AS Blainville prépare discrètement la Coupe des Voyageurs. Sylvain Pereira, le président du club, livre son état d’esprit à une dizaine de jours du début du championnat PLSQ contre le Dynamo de Québec. Rencontre.

Sylvain, le FC Sparte a laissé sa place au Sporting Québec FC pour le Championnat canadien de futsal. Pour quelles raisons?

Nous ne voulons pas rentrer dans une polémique. Le FC Sparte n’est pas l’AS Blainville. Onze membres de cette équipe font partie de l’ASB et la date du Championnat canadien de futsal tombe à un mauvais moment : l’Impact de Montréal organise son tournoi AA, des équipes AAA jouent aussi des matchs et nos formations PLSQ se préparent. Si le directeur technique, les coachs et les joueurs ne sont pas là, on fait comment? Qui va s’occuper de nos jeunes? Les personnes concernées ont pris leurs responsabilités. Nous n’avons pas mis de pistolet sur la tempe à qui que ce soit. Chacun a fait son choix librement. D’ailleurs, j’ai appris seulement ce matin le retrait du FC Sparte sur Facebook.

L’AS Blainville a été très discret cet hiver. Pourquoi?

Pas tant que ça. On commence à faire nos annonces de joueurs sur notre page Facebook. Mais nous ne sommes pas non plus du genre à crier sur tous les toits ce que nous faisons. Emmanuel Macagno, l’entraîneur de notre PLSQ masculine, a fait du recrutement, mais pas trop. Nous n’avons fait que certains ajustements et déploré aucun départ majeur. Nous misons sur la stabilité. Maxime Leconte, Nazim Belguendouz et Papouche, par exemple, restent.

La Coupe des Voyageurs approche. Comment vit le club?

Le staff est très excité à ce sujet! On prend cela très au sérieux. L’équipe s’entraîne beaucoup et joue en amical contre des équipes inhabituelles, parfois en Ontario. C’est plus intéressant. Quand on a commencé la PLSQ sept ans auparavant, on s’était dit : « Et si un jour nous jouions un niveau encore au-dessus? » Ce jour est arrivé et nous sommes très heureux de ce qui nous arrive. La vente des billets a commencé et nous voulons remplir le stade du Bois-de-Boulogne de Laval.

Êtes-vous prêts pour le championnat? La blessure de Nazim Belguendouz contractée en finale provinciale de futsal est-elle grave?

Non, c’est juste un bobo. Il sera remis très bientôt. Depuis que Dorian Colombani, notre préparateur physique, est arrivé, les joueurs sont plus en forme et moins souvent blessés. On veut encore gagner cette année. Cela fait deux ans que l’on goûte à la Coupe. La victoire en championnat la saison dernière nous motive encore. On va appliquer la même recette en ajoutant des jeunes qui ont faim. Mais on sait que ce ne sera pas facile. La compétition est vraiment sérieuse. Toutes les équipes seront prêtes. On est peut-être favori sur le papier, mais aucune marge d’erreur ne sera tolérée par nos adversaires.

Cette saison est aussi le début de la PLSQ féminine. Pourquoi avoir participé à ce projet?

Nous étions partants dès les premières discussions trois ans auparavant. Il fallait juste savoir quand. Nous avons une forte demande au sein du club. Parmi les 2 000 licenciés, la moitié est féminine. On pouvait garantir à un jeune de pouvoir jouer en A, AA voire AAA et semi-pro lorsqu’il s’inscrivait dans notre club. On devait garantir ces mêmes promesses pour les filles. Les joueuses me le répétaient d’ailleurs : « On a hâte à jouer en PLSQ! » On sait dans quelle aventure nous nous embarquons. Les filles sont capables et ont faim de jouer à ce niveau. À elles de montrer que le soccer féminin peut être aussi intéressant que le masculin.

Propos recueillis par www.justesoccer.com

 

Autres articles intéressant

Coupe du Monde 2018 : Les observations des entraîneurs du Québec
AAA : Pointe-Claire ne baisse pas les bras si facilement
Sylver Castagnet (Gatineau) : « On peut se permettre de regarder vers le haut »