Tony Loffreda (Montréal 2026) : « On va participer à l’essor du soccer »

Montréal figure parmi les candidats pour recevoir des matchs de la Coupe du Monde 2026. Tony Loffreda, Président du Comité d’Organisation de la ville, souligne les enjeux que relève ce défi.

Le premier pas a été réalisé en juin dernier lorsque la FIFA a choisi la candidature Canada – Etats-Unis – Mexique pour organiser la Coupe du Monde 2026. Désormais, il va falloir attendre 2021 pour savoir si Montréal pourra accueillir plusieurs matchs parmi les dix rencontres qu’organisera le Canada. Seize villes des trois pays seront choisies parmi les 23 candidates. La Ville de Montréal a donc demandé à Tony Loffreda de diriger ce dossier en tant que Président. Vice-Président du Conseil exécutif chez RBC, l’homme est avant tout un passionné de soccer, milieu dans lequel il s’est investi, et fait partie du Hall of Fame de Montréal-Concordia depuis 2017 à titre d’administrateur et de bâtisseur : « Nous sommes très fiers d’avoir été capables d’amener la Coupe du Monde en Amérique du Nord. C’est aussi exceptionnel pour le Canada, le Québec et Montréal… Pas seulement en matière de chiffres, mais aussi en terme de communautés! Le soccer unit tout le monde. Montréal est la seule ville francophone en Amérique du Nord et elle fédérera tous les Francophones dans le monde. »

Le Stade olympique est l’un des principaux arguments des organisateurs. Si elle doit subir une réfection et des ajustements notamment aux niveaux du toit et de la pelouse, Coupe du Monde organisée ou non, l’enceinte remplit quand même les critères de la FIFA. Confiant,Tony Loffreda assure que Montréal possède aussi un certain savoir-faire concernant l’organisation de grands événements : « Le Grand Prix de Formule 1 depuis une cinquantaine d’années, les Jeux olympiques de 1976, l’Exposition universelle de 1967, les festivals de jazz… Nous sommes habitués à recevoir de telles manifestations! Ce n’est pas connu de tous mais Montréal est l’une des villes possédant le plus de bureaux d’associations internationales au monde! Elle est cosmopolite et bilingue. »

Organiser la Coupe du Monde et attirer l’attention pendant plusieurs semaines, oui c’est intéressant. Mais l’intérêt de recevoir l’événement le plus regardé sur la planète avec les Jeux olympiques est surtout de pouvoir en tirer profit sur le long terme. Au niveau amateur certes, mais aussi professionnel avec l’apparition de la Première Ligue Canadienne et l’ampleur que prend le futsal dans la province. Le Québec a besoin de stades et d’infrastructures pour assurer la continuité du développement de ces activités : « On va participer à l’essor du soccer, poursuit Tony Loffreda. En 1994, les Etats-Unis ont organisé la MLS grâce à la Coupe du Monde. Aujourd’hui, elle accueille des vedettes. La Coupe du Monde a contribué à établir une ligue professionnelle. Bien sûr, Montréal 2026 sera bon pour le sport et les affaires mais la popularité en sera d’autant plus grande quand les jeunes s’impliqueront davantage dans la société et les écoles. Les infrastructures suivront. »

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Coupe du Monde 2018 : Les observations des entraîneurs du Québec
Les 10 « grands » perdants de la Coupe du Monde 2018
Les 10 grands « gagnants » de la Coupe du Monde 2018