Vingt joueurs de PLFQ bientôt convoqués par Team Canada Futsal

Kyt Selaidopoulos prépare les éliminatoires de la Coupe du Monde 2020 de futsal. Pour cela, le sélectionneur du Canada organise un premier camp au Québec mi-décembre avec vingt joueurs de PLFQ. Explications.

Monsieur Selaidopoulos, quelles sont vos prochaines échéances concernant Team Canada Futsal?

On se prépare pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2020 qui auront lieu la même année. Il me reste deux ans pour bâtir cette équipe afin d’accéder à la phase finale.

Vous avez disputé les éliminatoires de la Coupe du Monde de Beach soccer en début d’année aux Bahamas avec ce groupe. Qu’en avez-vous retiré?

Je suis satisfait du groupe de beach soccer. On a vu et analysé des joueurs de futsal : leur état de forme et leur progression. Finir dans le top 8 fut une très bonne chose. Maintenant, nous préparons les futurs objectifs avec un groupe plus élargi car nous sommes allés aux Bahamas avec un effectif à forte connotation Québec – Ontario – joueurs évoluant aux États-Unis.

Voulez-vous dire que des joueurs d’autres provinces seront sollicités?

Effectivement. La Saskatchewan, le Yukon, le Manitoba et le New-Brunswick ont aussi une première ligue de futsal. Le public ne se rend pas compte de tout le travail réalisé concernant les installations, les ligues, les formations de coachs et joueurs… Nous avons un programme et nous avançons à grands pas! Des athlètes à fort potentiel commencent à frapper à la porte de l’équipe nationale. J’avais 30 noms sur ma liste en 2016. Aujourd’hui, j’en ai 150!

Comment allez-vous procéder pour recruter les joueurs?

J’ai multiplié les voyages à travers le Canada pendant plusieurs mois pour observer des joueurs. L’effervescence gagne l’Ouest et les Ligues m’aident dans ma mission. J’organise un premier camp d’identification de joueurs PLFQ les 16 et 17 décembre prochains. Vingt joueurs seront convoqués. Je vais visiter aussi trois autres provinces. Ensuite, le championnat canadien sera l’occasion de voir les meilleurs s’affronter. Mais ce n’est pas parce que je vis au Québec que je favoriserai les Québécois. Je suis là pour prendre les meilleurs. »

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Patrice Bernier : « Si je peux aider à réduire le fossé entre l’Impact de Montréal et la PLSQ… »
Les jeunes de Fabrose en quête d’expérience
PLFQ : Les Underdogs affichent la couleur