Des entraîneurs canadiens bientôt représentés par un syndicat ?

Suivant l’évolution du soccer dans le pays, les entraîneurs canadiens pourraient voir leurs conditions de travail se réguler. Rabah Benlarbi a rassemblé autour de lui une dizaine de collègues afin de créer un syndicat afin de défendre sa profession. Le technicien prône en premier lieu le dialogue avec les fédérations et les clubs.

Le soccer se professionnalise au Canada. Les clubs se structurent, les joueurs profitent d’encadrements de choix, rivalisant aisément même avec les standards européens. Mais une chose n’a pas encore suivi le mouvement : les statuts de beaucoup d’entraîneurs. De plus, la pandémie, amenant une suspension d’activités dans les clubs, a révélé des failles juridiques qui ont plongé certains entraîneurs dans des eaux troubles financièrement. « Beaucoup sont des bénévoles rémunérés ou travailleurs autonomes, regrette Rabah Benlarbi, à l’origine de cette idée. L’idée n’est pas d’aller à la bagarre avec les fédérations et les clubs mais de construire intelligemment en passant par le dialogue. Nous voulons intégrer tous les collègues à ce syndicat : les éducateurs, les coachs mais aussi les directeurs sportifs. Pour le moment, nous sommes une dizaine et nous voulons fédérer un maximum pour peser davantage dans les négociations. »

L’émergence d’un syndicat ouvre la porte à d’autres avantages pour les techniciens du soccer. « Le but est aussi de mettre en place des outils pour aider la profession, poursuit Rabah Benlarbi. Faciliter la possibilité d’obtenir des diplômes étrangers ou de l’assistance juridique font partie des missions que nous nous fixons. » Pour le moment, le processus de création du syndicat est lancé et l’officialisation ne devrait plus tarder : « L’idée pour le moment est que je prenne la présidence pour tout mettre en place conformément à mon expérience à l’UNECATEF en France, explique l’entraîneur passé par le Québec et aujourd’hui en Ontario. Mais je ne suis pas là pour durer. Je pense qu’un mandat de trois ans sera suffisant avant de transmettre le témoin. »

Pour plus de renseignements, vous pouvez envoyer un mail à justesoccer@gmail.com

La rédaction de www.justesoccer.com

 

Autres articles intéressant

Le Ladies Football Club : une liberté prise par les femmes
Guy-Frank Essome Penda : « Content de quitter les Carabins de cette manière »
Aziz Dieng (ARS Lanaudière) : « Grandir ensemble »