Le Celtix renverse la hiérarchie et continue de rêver

Le Celtix du Haut-Richelieu a frappé un grand coup samedi. Les hommes de Yannick Rome-Gosselin sont venus à bout du leader Charlesbourg. Désormais, l’équipe de Saint-Jean se place à trois points de la deuxième place qualificative pour le Final Four.

« On y pense depuis le début de saison mais l’important pour nous est de prendre un match à la fois. » Yannick Rome-Gosselin a toujours eu foi en son groupe plus que jamais dans la course à la qualification pour le Final Four. Pourtant, on pouvait raisonnablement croire que la route était toute tracée pour Charlesbourg et le Mistral de Sherbrooke, auteurs d’un début de saison fulgurant. Mais le Celtix a trouvé son rythme et vient d’enchaîner cinq victoires consécutives dont la dernière ce samedi face à Charlesbourg (2-0) grâce à un doublé de Diesse : « C’est un de nos meilleurs matchs du point de vue défensif, assure le coach. Les joueurs évoluent avec beaucoup d’intensité et de concentration avec un excellent esprit de groupe. » Mais comment Yannick Rome-Gosselin a pu déclencher cette subite remontée au classement passant du milieu de tableau au podium en un peu plus d’un mois? « Nous n’avons rien changé. Même dans les moments difficiles, nous avons fait preuve d’un bon état d’esprit combiné à du travail acharné. Ça finit par payer! »

Du côté de Charlesbourg, Charles Harvey est déçu puisque son équipe avait l’occasion de prendre le large en distançant un adversaire direct : « C’était un match désastreux pour nous, rien n’allait! Ce fut frustrant car nous n’avons rien donné à nos adversaires comme occasions mais nous n’avons pas été dangereux non plus. Finalement, le Celtix marque sur deux longues touches. »

Avec le Phénix qui pointe aussi le bout de son nez, les deux places qualificatives pour le Final Four pourraient se jouer entre quatre équipes dans ce groupe B.

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

Manchester United aux deux visages contre Brentford
Malawi – Sénégal : Les notes des joueurs
Sylvain Rastello : l’heure du professionnalisme est venue