Soccer universitaire ou civil? Les jeunes doivent choisir !

Le 15 août est synonyme de reprise universitaire. Pour beaucoup de joueurs des divisions élites québécoises, c’est un tournant dans leur saison. Ils doivent délaisser leur équipe civile pour partir rejoindre leurs partenaires étudiants. Ramdane Tafer fait partie de ceux-là… avec regrets.

Par une nuit fraîche d’été, Ramdane Tafer remballe ses affaires et ferme une dernière fois la porte du vestiaire de l’AS Blainville. Pourtant, son entraîneur Emmanuel Macagnon, a tout fait pour retenir ce milieu offensif de 19 ans. Mais rien n’y fait… Etudiant en médecine, le jeune universitaire a disputé son dernier match avec cette équipe et part désormais jouer avec McGill : « Si je pouvais continuer en PLSQ avec Blainville, je le ferais avec joie! Mais c’est impossible, explique-t-il. Je me suis engagé avec McGill et j’étais venu à l’ASB juste pour jouer en U19 avec des amis. Quand le coach m’a appelé dans l’effectif de l’équipe première, je ne pensais même pas jouer autant! »

Le niveau universitaire a la cote au Québec. « J’ai entendu beaucoup de positif, assure Ramdane Tafer. Cela fait des mois que j’attends ce moment. Après, je ne sais pas. Peut-être que si ça ne me plaît pas, je reviendrais à Blainville. Mais je veux vraiment essayer. » Cette année, les soccers civil et universitaire se sont entendus pour planifier des dates avec la LSEQ, sans compter le Final Four. Si certains progrès ont été effectués pour arranger les choses, beaucoup d’entraîneurs du civil se plaignent encore de voir partir une bonne partie de leur effectif avant la fin de saison… pendant que les coachs universitaires se plaindront de voir d’autres joueurs finir leur saison avec le civil. Le problème est-il réellement insoluble?

 

Autres articles intéressant

Malawi – Sénégal : Les notes des joueurs
Sylvain Rastello : l’heure du professionnalisme est venue
Chelsea – Brighton : les notes des joueurs