Trois questions à… Érick Laliberté

Erick Laliberté figure dans le top 10 des jeunes arbitres du Québec. Diriger des matchs de MLS fait partie de ses objectifs. A 26 ans, ce Montréalais d’origine s’épanouie auprès de ses collègues. Rencontre.

Erick, comment êtes-vous devenu arbitre?

J’étais gardien de but au collège Saint-Laurent en AA mais je voulais arrêter. J’ai essayé l’arbitrage pour rester dans le sport et gagner un peu d’argent. J’avais 14 ans et je me suis rapidement passionné pour le sport en lui-même mais aussi pour la famille de l’arbitrage. Nous avons de bonnes valeurs et c’est un vrai plaisir de vivre à côté des collègues.

Comment avez-vous évolué?

J’ai fait partie du programme de formation des arbitres. J’ai commencé au niveau local mais ensuite j’ai pu diriger des rencontres durant les Jeux du Québec et même des games entre sélections régionales. Cela donne beaucoup de visibilité.

Pensez-vous au professionnalisme?

C’est mon objectif. Je saurai l’année prochaine si je suis sélectionné. Je dois passer des tests théoriques, physiques, vidéos avec des évaluations. Nous sommes dix arbitres sur la ligne de départ et ils n’en choisiront qu’un. Mais attention ! C’est une concurrence saine. Nous sommes collègues avant tout et sans solidarité, ça ne fonctionnerait pas.

Autres articles intéressant

Jean Daniel Padovani : « De magnifiques choses à faire au Canada »
AAA féminin : le CS Trident continue de bien voyager
Le Ladies Football Club : une liberté prise par les femmes