Trois questions à… Karlos Garcia

Karlos Garcia est le directeur général du club de soccer du Phénix des rivières. Brésilien d’origine, il a vu le soccer se développer au Québec depuis près d’une décennie. Conscient du potentiel de la région de Québec, il aspire à faire évoluer la culture du ballon rond chez les jeunes. Rencontre.

Karlos, quelles sont les évolutions que vous avez constatées depuis votre arrivée au Québec?

Déjà, les joueurs peuvent désormais jouer à l’année longue. C’est un point très important pour le développement des jeunes. Les structures sont excellentes. Quand je suis arrivé au Canada, le complexe Chauveau venait d’être construit. L’autre point important : la passion ne vient pas automatiquement. Les jeunes Canadiens paient pour jouer alors que dans d’autres pays, on joue dans la rue. Cela se ressent dans leur manière de jouer. Il manque encore un peu d’intensité. Cela est dû aussi à un manque de modèle chez les adultes. Mais cela commence à venir avec les joueurs de l’Impact et surtout Didier Drogba. Enfin, des entraîneurs expérimentés commencent à faire leur apparition dans les équipes. Ils ont joué en AAA et partagent leur savoir.

Et au sein du Phénix, apportez-vous des solutions particulières pour faire progresser vos joueurs?

On essaie de copier ce qu’il se passe dans certains centres de formation des clubs professionnels. Tous les jours de la semaine, un centre de performance est ouvert. Les jeunes peuvent venir quand ils veulent pour se développer, seuls ou en groupe. Leurs progrès dépendent seulement de leurs motivations.

Instaurez-vous des obligations de résultats?

Non, il n’y a aucune obligation de résultats. On demande juste aux joueurs de s’entraîner plus ou moins intensément selon les catégories AAA, AA et A, en plus d’être présents aux matchs. C’est sûr que nous sommes plus exigeants avec des joueurs qui jouent au plus haut niveau.

Autres articles intéressant

La saison de soccer universitaire annulée
Tour d’Europe du 11 septembre : La Juventus veut Olivier Giroud
North Lions Football Academy : voir le développement des jeunes d’un nouvel oeil