Impact de Montréal – Orlando City : les raisons du fiasco

Battu au Stade Saputo (1-4), l’Impact de Montréal a délivré une prestation indigne d’une équipe souhaitant jouer les séries MLS. Le signal d’alarme est tiré, une réaction est attendue dès samedi prochain à Philadelphie contre l’Union.

Une défense aux abois – Les statistiques sont flagrantes : Orlando City n’a cadré que cinq tirs pour inscrire quatre buts. Ce n’est pas de la chance. Erreurs de marquage, pertes de balle dans les zones dangereuses et replacements tardifs voire inexistants, les joueurs de l’Impact ont montré des manques de concentration et d’organisation inquiétants pour une équipe de MLS. Evan Bush puis son remplaçant Eric Kronberg étaient parfois livrés à eux-mêmes. Les débuts de Dia sur le flanc gauche n’expliquent pas tout.

Un manque d’agressivité évident – L’égalisation d’Orlando City montre une chose: les Montréalais n’attaquent pas leurs adversaires. Ainsi, ils étaient trois défenseurs à regarder Kaka délivrer la passe déterminante pour Perez Garcia dans la surface qui centrait devant le but. De même, sur le quatrième but, Julio Baptista a eu tout son temps pour lancer en profondeur Rivas qui fonçait vers le but. Ces deux exemples montrent l’incroyable attentisme sur l’aspect défensif de l’Impact.

Un manque de détermination offensive – Enfin Didier Drogba a retrouvé le chemin des filets. Son coup franc est superbe, certes, mais c’est bien la seule fois où l’Impact a montré une envie réelle de marquer. L’attaquant ivoirien s’est heurté au gardien une première fois alors qu’il était à moins d’un mètre du but (39e) puis sur un penalty bien placé mais vraiment trop mou (69e). Les autres joueurs offensifs n’ont pas montré grand-chose. Manque de précision, de folie ou de décalage, on s’est ennuyé au stade Saputo. L’Impact est-il incapable d’aller de l’avant?

Des cadres pas à leur niveau – Quand le bateau tangue, Camara, Ciman ou Drogba sont toujours là pour apporter le geste juste et remonter le niveau de l’équipe. Or, ce ne fut pas le cas hier. Les trois joueurs ont des faits à se reprocher et, problème, s’ils ne sont pas à leur niveau, les autres n’hausseront pas leur niveau de jeu. L’Impact a été faible hier mais, pire, aucun signe de révolte n’a été relevé!

La déclaration de Mauro Biello (impactmontreal.com) – « On avait l’air de la Grand Muraille de Chine à Toronto et, dans ce match, on avait l’impression qu’il y avait des trous partout. Que ce soit une question de confiance ou de schéma, il faut travailler là-dessus. C’est inacceptable comme prestation. Ça joue dans la tête quand tu encaisses des buts comme ça. Il y avait de la nonchalance dans notre travail en défense. C’était comme si on leur disait : « Voilà le ballon, allez marquer ». Au final, il y avait une équipe qui voulait plus gagner que la nôtre. »

 

Autres articles intéressant

Le CF Montréal remporte la Coupe des Voyageurs
Tour de MLS du 15 novembre : la revanche américaine
Tour de MLS du 12 novembre : Le Canada en route vers le Qatar ?