« Moi, Luc Descary, premier entraîneur de Jean-Yves Ballou-Tabla »

Il doit être l’un des Québécois les plus heureux de la signature de Jean-Yves Ballou-Tabla à l’Impact de Montréal cette semaine. Luc Descary est entraîneur chez les Jets de Pointe-aux-Trembles. C’est lui qui a commencé le développement du futur joueur professionnel. Un souvenir émouvant.

Luc, qu’avez-vous ressenti à l’annonce de la signature de Jean-Yves à l’Impact?

J’étais heureux. D’abord pour lui. Jean-Yves est quelqu’un de humble. Il a toujours su ce qu’il voulait faire mais il n’a jamais joué les vedettes. Il s’est concentré sur ce qu’il avait à faire. Ensuite, cela m’a fait chaud au coeur car c’est la première fois qu’un joueur que j’ai entraîné devient professionnel. D’ailleurs, je l’avais dit à son père. J’avais prédit qu’il allait jouer pour la sélection Concordia, le Québec et le Canada pour finir à l’Impact! J’ai bien connu Jean-Yves, il passait les fins de semaine chez moi pour passer du temps avec mon fils et je faisais les conduites jusqu’à chez lui pour les pratiques.

Sur le terrain, c’était comment?

C’est d’abord Julie Garceau, directrice technique du club, qui l’a repéré lors d’une activité parascolaire. Il a intégré mon équipe lorsqu’il avait 10 ans, en AA. Il avait déjà le talent mais je devais lui apprendre à jouer en équipe. À 11 ans, son nom circulait déjà un peu partout au Québec. Tout le monde le voulait dans son équipe! Il a commencé en attaque puis, quand nous sommes passés sur un terrain à onze, je l’ai repositionné milieu central. Il avait une superbe vision du jeu et son explosivité lui permettait de soutenir les attaquants.

Quel est votre plus beau souvenir avec lui?

Les Coupes du Président que nous avons remportées à Concordia. C’était notre première victoire à ce niveau! C’est sûr qu’avec Jean-Yves, on gagnait plus facilement. D’ailleurs, dès que ça ne se passait pas très bien sur le terrain, on lui donnait le ballon. À ce moment, nous avions la meilleure équipe sur l’île de Montréal.

Maintenant qu’il est connu, avez-vous gardé des liens?

Hélas, ça fait deux ans que l’on ne s’est pas vu mais je comprends qu’il soit très sollicité. On s’est croisé lors de stages fédéraux et ce fut un réel plaisir. Il m’a reconnu quand même (rires). On a essayé de réaliser quelque chose pour mettre en valeur les Jets grâce à sa réussite. On y avait pensé en août lorsque Chelsea et Manchester United s’intéressaient à lui, mais le fait qu’il signe à l’Impact est encore plus enivrant! Un jour, je lui avais dit : « Tu me donneras un billet d’entrée pour te voir jouer lors de ton premier match professionnel. C’est le plus beau cadeau que tu pourrais me faire. » J’espère que je l’aurai. Sinon, je paierai, ce n’est pas grave.

Autres articles intéressant

Un club québécois prêt à monter vers la USL2 ?
Le duo Amla – Salter de St-Hubert reconstitué en Canadian Premier League
PLSQ : Le FC Laval intraitable à domicile