La Ligue 1 Canada, un pas vers le professionalisme au féminin

Laval a accueilli la première finale de l’Histoire du Championnat Ligue 1 Canada féminin. Quatre clubs représentant trois provinces se sont affrontés l’espace d’un week-end durant lequel l’AS Blainville s’est distingué. Un événement dans le monde du soccer canadien féminin, en voie d’une structure pour organiser un championnat professionnel.

L’AS Laval, Blainville, Alliance United (Markham et Scarborough, Ontario) ainsi que Varsity (West Point Grey, Vancouver, Colombie-Britannique) sont les premiers clubs à se réunir pour disputer la finale du championnat Ligue 1 Canada. Une compétition qui a commencé vendredi soir avec les demi-finales lors desquelles les formations québécoises ont pris le dessus. Dimanche, avant la finale au Bois-de-Boulogne, les dirigeants du soccer féminin ont tenu à partager leur enthousiasme concernant le futur de l’épreuve qui tendrait à devenir professionnelle : « Les données sont relativement simple, assure Dino Rossi, commissaire de la Ligue 1. La philosophie des trois provinces ainsi que des clubs se rejoignent. Le championnat féminin est destiné aux meilleures joueuses du pays, On veut aussi attirer les filles qui ont fini l’université et qui souhaitent devenir professionnelles. Le niveau de jeu est incroyable et nous souhaitons le montrer à tous les supporters à travers le pays. J’espère que nous annoncerons une date dans 2-3 ans. C’est assez différent du côté masculin qui bénéficie déjà de la MLS et de la CPL comme débouchées. »

Le projet est-il bien avancé? Quel est son format? Breagha Carr-Harris, présidente du soccer féminin professionnelle, est en train d’étudier le projet : « On étudie encore quel modèle serait le meilleur. Ce ne sera pas forcément celui de la CPL comme chez les hommes. Il existe un fort potentiel en terme de joueuses mais nous n’avons encore aucune infrastructure, ni de MLS. Mais l’environnement professionnel auquel j’assiste depuis vendredi soir durant cet événement est incroyable! On parle avec les provinces pour voir aussi quelle identité donner à cette compétition. » En attendant, le prochain rendez-vous est prévu en 2023 en Colombie-britannique.

 

Photo : Mathieu Chamberland, DG de Soccer Québec, Dino Rossi, commissaire de Ligue 1 Canada, Breagha Carr-Harris, présidente du soccer féminin professionnelle, Sonia Denoncourt, directrice des programmes à Soccer Québec, Gabriel Assis, commissaire de L1 Colombie-Britannique et Pierre Marchand, président de Soccer Québec.

Julien Dubois

Autres articles intéressant

Le CS Roussillon veut garder et valoriser ses jeunes à travers une licence provinciale
AS Gatineau – Braves d’Ahuntsic : un match en deux actes sans fin
Les clubs québécois renoncent à leur droit de formation pour l’avenir de leurs joueurs