AS Blainville – Lakeshore SC : le choc des prétendants !

AS Blainville (2e) – Lakeshore SC (3e), samedi 18h, au parc Blainville.

La chasse à Mont-Royal-Outremont a commencé. Le leader ne jouant pas cette fin de semaine, ses deux poursuivants s’affrontent pour un duel qui s’annonce très équilibré! L’occasion est belle pour l’ASB d’Emmanuel Macagno de consolider sa deuxième place au classement. Mais le technicien blainvillois s’attend à un match particulièrement difficile : « Ce n’est pas obligatoirement un avantage de recevoir en PLSQ, assure l’entraîneur. Les deux équipes sont proches qualitativement donc il n’y a pas de favori. Mais mes joueurs tiennent à la victoire. Ils ont encore à l’esprit le match aller (3-3, NDLR) où nous n’avons pas eu de chance avec une barre transversale, notamment, à la dernière minute. Cette rencontre a été fondatrice de notre état d’esprit. Tout a commencé pour nous au match aller. » Forcément, Emmanuel Macagno a jeté un coup d’oeil au classement avant de préparer la rencontre : « En cas de victoire, on resterait à moins de trois points de Mont-Royal-Outremont. Ce serait toujours intéressant car au moindre faux-pas de leur part, nous pourrions passer devant. »

Bill Sedgewick reste quant à lui très méfiant. Le coach de Lakeshore sait qu’il doit prendre les trois points pour se relancer dans la course à la première place mais il ne veut pas trop livrer son équipe : « On doit trouver un bon équilibre entre une défense sure et se créer des opportunités de marquer. On en est capable. Les trois équipes de tête se valent et peuvent se battre l’une l’autre. Lors du match aller, j’avais constaté que Blainville était vraiment costaud défensivement et restait très bien organisé. » Concernant l’atmosphère sur le terrain, il va sans dire qu’elle sera pesante : « Les deux équipes ont la pression, poursuit Bill Sedgewick. Cela se jouera sur des détails. »

Photo : Maxime Leconte (ASB)

Autres articles intéressant

PLSQ : Celtix en maîtrise sur la pelouse de Monteuil
Pourquoi les joueuses québécoises ont la cote en Europe ?
La « renaissance » de Michaël Palomo Attivisimo au Québec