Pourquoi les joueuses québécoises ont la cote en Europe ?

Les formations universitaires et la PLSQ féminines sont davantage prisées par les équipes européennes depuis quelques saisons. Un phénomène qui tend à se pérenniser. Nous avons tenté d’en expliquer les raisons.

Dans nos colonnes, Jean-Lou Gosselin, coach de l’ASB, déclarait après la rencontre Monteuil – Blainville en juillet dernier : « …assister à un tel match montre que la PLSQ est une belle ligue de niveau mondial féminin. » Il faut dire que sur le terrain se trouvaient des joueuses ayant la qualité pour évoluer dans de bonnes universités américaines, certaines ont même connu des sélections nationales jeunes ou postulent pour des formations européennes. Sans pouvoir toutes les nommer, on pense à Valérie Sanderson, Karima Lemire, Frédérique St-Jean, Nyota Katembo, Mégane Sauvé, Sarah Humes ou encore Julia Liguori. Le Québec est riche d’un vivier de joueuses compétitives où certains clubs professionnels européens ont les yeux rivés : « Mais le niveau reste tout aussi exceptionnel en dehors du niveau professionnel ou semi-professionnel, assure Amro Radwan, coach du CS Monteuil. En général, les Québécoises sont des joueuses dotées d’une bonne technique, travailleuses et habituées à la compétition. Certaines n’ont même pas conscience de leur talent! Entre la formation de qualité, le CNHP et les sélections québécoises, les filles progressent énormément! »

Alexandre Da Rocha, entraîneur de l’UQAM féminin, abonde en ce sens : « C’est une affaire de formation. En Amérique du Nord, les Québécoises sont plus techniques et tactiques alors que le reste du Canada et les Etats-Unis insistent davantage sur le physique. C’est une affaire de culture : il m’est déjà arrivé de perdre des matchs car une joueuse adverse était plus rapide ou physique même si nous étions capables de bien jouer. Mais en Europe, l’aspect physique ne vient pas au premier plan. » Et les clubs professionnels n’ont certainement pas fini de réaliser de bonnes affaires…

La rédaction de www.justesoccer.com

Autres articles intéressant

George-Éric Painson, l’enfant de Mont-Royal Outremont, à la tête de la PLSQ féminine
Christian Chavrier (Lanaudière-nord) : « Beaucoup de respect pour ce territoire »
Amro Radwan, entraîneur de la PLSQ féminine du FC Laval